Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 10:11

Un stage d’enfer ABDL / BDSM ou l’enfer d’un stage désiré ?


Un_stage_d_enfer_BDSM_ou_l_enfer_d_un_stage_desire_camisole_abdl.jpg
Cela fait longtemps que je rêvais d’un véritable stage de soumission avec des trucs plus hard que ce que nous pratiquions déjà et avec du viol. Au fil du temps de nos jeux, de nos soirées BDSM, je m’étais ouvert à ma princesse d’Amour et Maîtresse sur mes envies et fantasmes.

Un jour, trouvant qu’elle était véritablement trop douce avec moi, lors d’une discussion « hors jeu » donc libre d’expression, je me suis laissé aller avec des mots choisis à quelques reproches sur son manque d’investissement en titillant volontairement sa fierté. Lors de cette discussion, je lui ai savamment expliqué une foule de choses et comment rentrer dans une domination digne de ce nom. Ce jour là, j’ai compris que mes propos et exemples avaient fait « mouche » mais j’étais loin d’imaginer à quel point !

Mon stage sur quatre jour a commencé gentiment avec la pose de ma cage de chasteté ce qui n’était point pour me déplaire puisque j’aime les sensations quelle génère avec la frustration mais aussi les moments d’excitation démesuré. Le lendemain, le ton est monté dès le matin. Après s’être renseignée sur mon emploi du temps, elle m’a fait mettre une couche pour personne incontinente et une culotte en plastique sous mon pantalon qu’elle a fermé avec une chainette et un cadenas en guise de ceinture. Par chance, me levant plus tôt qu’elle, j’avais eu le temps de faire ma grosse commission car l’idée d’être contraint à déféquer sur moi et de rester ainsi quelques heures me faisait une peur bleue. Elle m’a donc laissé ainsi toute la mâtiné. L’avantage du télétravail est que l’on peut gérer son temps comme on l’entend ou presque. Ce matin là, j’avoue avoir peu travaillé, mes idées gambadaient sur des scénarios plus ou moins débiles. La cage de chasteté et les cafés consommés agirent sur ma vessie, la couche s’alourdissait au fil des heures au point que je commençais à m’inquiéter sur son étanchéité.

A l’arrivée de Madame vers midi, le repas était prêt, la table mise, je l’attendais comme indiqué à quatre pattes derrière la porte en m’enfonçant dans les fantasmes et mes envies de soumission. Elle apprécia que ses directives soient respectées et m’accorda après le repas une demi-heure de loisir et le droit de retirer la couche. Pendant que je surfais allègrement dans mon bureau, je sentais que dans mon dos se tramait quelque chose. Lorsqu’elle m’appela, tout content je me précipitais dans les griffes de la louve qui comble mon cœur. Sur la table de la cuisine, une serviette était étalée, la cire chauffait, me laissant sous-entendre que dans l’immédiat j’allais souffrir sans pour autant avoir du plaisir. Elle m’ordonna d’aller fermer le portail clé puis de ramener la chaise percée dont l’usage peut être double, face-setting ou uro. Une fois l’accessoire demandé posé dans le salon, elle me fit mettre nu, me passa un bâillon puis la cagoule Hannibal, cagoule utilisée par la justice à l’époque et empêchant le célèbre fou de mordre les policiers. Ces deux accessoires cumulés, allaient freiner grandement mon élocution. Elle me força ensuite à me pencher en avant, lubrifia mon anus qu’elle combla d’un gros plug vibrant et gonflable. Pour le maintenir en place elle fit un petit shibari tranquillement en cherchant l’esthétique. Mes neurones commençaient à s’échauffer….

Une fois ces petits préparatifs terminés, elle m’expliqua avec des yeux brillants et un visage amusé qu’elle avait repensé à notre conversation et surtout à mes reproches sur sa trop grande douceur et gentillesse à mon égard en m’indiquant qu’elle avait profité de ses RTT et posé son vendredi, ce qui lui permettrait de s’amuser et de me préparer à la venue d’un couple d’amis très joueur rencontrés sur www.fessestivites.com
Elle est Maîtresse et lui soumis, nous nous connaissions pour avoir joué un week-end avec eux. Leur présence n’était pas pour me déplaire malgré quelques petites inquiétudes car elle annonçait des rebondissements cuisants et d’autres très excitant.

Après m’avoir ordonné de monter sur la table et avoir entravé mes mains par-dessous avec une chainette et des bracelets, elle entreprit d’épiler mes jambes en m’expliquant que si j’avais su ce qu’elle me mijotait avant mes reproches, le fou que je suis même maso n’aurait jamais provoqué. L’épilation de fut pas un plaisir ! ! ! ! Sa nouvelle cire était minable, mon anus travailla plus que de raison en terme de contraction autour du plug vibrant en son centre lorsqu’elle s’acharnait à retirer les plaques de cire. Une heure et demi plus tard et les deux côtés de mes gambettes débarrassés de toute trace de pilosité puis recouverte de crème apaisante, pendant que je rangeais tout ses accessoires d’épilation et passais l’aspirateur, elle s’accorda un café sans m’en proposer. GRRRR, parce que j’aurai bien fait une pause.

L’étape suivante s’orienta vers quelques essayages de tenues féminines, puis des chaussures à talon hauts achetées pour moi. Naviguer féminisé devant ma Maîtresse ne me gêna pas trop mais apprendre que je serai féminisé pendant tout le week-end en présence de nos amis, changea quelques peu la couleur de mes fantasmes.

La séquence d’essayage prit fin et mon anus fut libéré. OUFFFF ! Elle me fit une petite toilette intime ce qui me gêna car me faire laver les fesses par sa Maîtresse me dérange surtout quand en prime, elle s’amuse à me traiter de « merdeux » puis à me dire que la couche va finir par devenir une obligation pour moi si elle s’amuse trop à jouer avec mon « petit cul ». Chose annoncée, chose faite, elle me passa une couche et la culotte en plastique anti fuite puis m’ordonna d’étendre le sac de bondage dans le salon puis de m’y installer. Lorsqu’elle entreprit de le fermer, je bandais comme un fou car les sévères séquences de bondage m’excitent au plus haut point surtout si en prime elles sont associées à un face setting. Dans ma cage de chasteté, Popaul compressé et les orphelines étirées se révoltaient. Lorsqu’elle posa sous ma tête une grosse serviette de toilette, cette sourde excitation tomba d’un cran car elle annonçait une éventuelle gestion d’inondation.

Ma Maîtresse d’Amour retira enfin la cagoule Hannibal et le bâillon, mes mâchoires apprécièrent grandement. Profitant d’un instant de leur liberté, elles furent mises à contribution pas mes neurones inquiètes pour exprimer que si uro il devait y avoir, il faudrait peut-être que je sois un peu plus « chaud » mentalement. En guise de réponse, je n’eu qu’un sourire, mais quel sourire ! Lorsqu’elle sourie, mon épouse est si radieuse et jolie que je fonds sur place et l’arrivée au dessus de mon visage de la chaise face setting me fit fondre plus encore. Le plus beau des paysages se présenta à mon regard avec l’arrivée de son intimité vue de dessous lorsqu’elle entreprit de s’asseoir confortablement sur mon visage. Elle n’eut nullement à m’ordonner de la déguster, c’est un véritable plaisir pour moi. Comme instrument de motivation, elle installa des pinces à seins reliées par une chaînette sur mes tétons en m’expliquant que sa traction signifierait une « accélération linguale ».

Je dus m’y prendre honorablement car elle ne tarda point à s’enflammer tout comme mes tétons. Un doigt fureteur puis un accessoire vibrant me volèrent la place, mon visage migra d’un cran vers l’arrière pour lécher profondément les profondeurs intimes. L’ordre de tout boire fusa entre deux gémissements et contraction, mon épouse étant femme fontaine se libéra dans un orgasme d’une grande intensité qui me combla de bonheur mais également la bouche grande ouverte pour absorber toutes les généreuses émissions lui parvenant. Après l’orage, sommé de bien lécher je dus m’appliquer à laisser place nette. L’endroit devait lui plaire, puisqu’elle attrapa la télécommande de la télé pour regarder son émission préférée sans me libérer ni retirer les pinces de mes tétons.



Comme un bien heureux, bien qu’en manque de tabac, je dégustais à loisir l’entrejambes de ma vénérée Maîtresse d’Amour lorsqu’elle m’annonça l’heure de l’apéro. Comme un idiot, sur le coup, j’ai vu ma libération, un pastis bien frais et une bonne cigarette. Hummmm. Il n’en fut rien, la traction sur mes tétons augmenta soudain, de la cravache elle commença à tapoter de plus en plus fortement le dessus de ma couche ce qui ne tarda pas à réveiller Popaul. L’ordre de ne rien perdre me permit de comprendre que l’apéro ne serait pas du pastaga. Noyé dans mes douleurs érotiques de la verge compressée puis de mes tétons pincés, l’incapacité de fuir du sac de bondage et les évènements précédents, j’ai ouvert la bouche et bu le champagne dorée libéré par petites doses. Même si je ne suis pas très uro, comme dans ma tête c’était Beyrouth, les plaisirs divins de la soumission, du masochisme et des entraves me permirent de prendre plaisir à cet apéro original.

SAUF QUE !





Camisole_de_force_00.jpg

Dans sa grande mansuétude, elle me libéra et me permit d’aller à la salle de bain pour me rincer le visage. Moi, je disais que nous allions faire une pause et prendre l’apéro, le vrai apéro. Ben non ! ! ! ! Au sortir de la salle de bain, la camisole de force me tendait presque les bras. Mes réfutations furent aussi nombreuses que mes demandes de pause, mais mon épouse insista et se fit menaçante. Je cédais et la laissait me passer la camisole de force. C’est lorsqu’elle fut sûre que je ne pourrais plus lui échapper, qu’elle m’annonça ses intensions d’être pour moi une Maîtresse plus sévère et cela pour me plaire……. Elle ajouta également que ce serait aussi pour ma santé. A cet instant, j’ai commencé à la détester !

Assis près d’elle dans le canapé, je regardais donc la fin de son émission en rallant un peu par principe puis en réclamant une cigarette et un pastaga. Ni une ni deux, elle me posa le bâillon et la cagoule Hannibal par-dessus puis m’attira sur le second canapé pour une volée de coup de martinet sur les cuisses. OUF, OUF, OUF.

L’émission prit fin, elle me planta là pour se rendre à la cuisine. Les bruits de vaisselle et la « douce » mélodie du micro onde m’indiquèrent que d’apéro et de cigarette je n’aurai point. Sommé de la rejoindre, c’est en maronnant que je pris place à table où elle me libéra de la cagoule et du bâillon. Les carottes râpées de mon assiette prirent la traditionnelle destination via la mimine de ma Maîtresse armée d’une cuillère. C’est ainsi que le premier plat fut consommé. Pour le deuxième ,toujours avec autant de mansuétude, elle me libéra de la camisole de force en m’indiquant que je devais être sage si je ne voulais pas y rester deux jours entiers et subir sa cravache.

Je ne sais si c’est l’absence de tabac ou la privation de mes éternels pastagas, mais j’avais une faim d’enfer. Nous discutâmes un peu des évènements de l’après-midi, c’est une sorte de débriefing que nous faisons après les jeux. Après le repas et le café, j’eu enfin le droit de fumer une cigarette. Quel bonheur pour un drogué de la « clop » mais elle fut plus absorbée que fumée. J’aidais à débarrasser quand elle s’absenta un instant. Mon regard se posa aussitôt sur son paquet de cigarette mais la belle sauvage ayant préparé son matériel revint avec les moufles de bondage. GRRRR. Mes pauvres mimines se trouvèrent rapidement prisonnières.

Dans le canapé devant la télé, ma Maîtresse d’Amour pris grand plaisir à s’installer confortablement et posa ses jambes sur les miennes. Ses adorables petons titillant comme par inadvertance le devant de ma couche, le film perdit rapidement de l’intérêt, mes pesées se focalisant sur autre chose que l’écran de la télé. Les divertissements de mon épouse prirent plus d’intérêt que la série policières, elle éteignit la télévision puis se lava pour me conduire à la chambre où elle me libéra de la couche propre pour m’entraver solidement sur le lit avec un cousin sur le ventre. Mes fesses allaient donc devenir son nouveau centre d’intérêt. Ma Maîtresse reprit mes propos sur les plaisirs que j’avais éprouvés avec la canne anglaise récemment achetée et maniée « d’après moi » trop modérément. Les premiers coups de cane anglaise furent des caresses comme pour préparer le sujet à quelque chose de plus rude.

Les vingt suivants le furent nettement moins. Sous les cinq premiers, les dents plantées dans l’oreiller étouffèrent à peine mes cris. En adorable Maîtresse néanmoins experte, elle massa l’épiderme fessiers malmené. La conjugaison des picotements avec la douceur de sa main, enflammèrent rapidement les neurones de mon « département » maso. Les cinq coups suivants mon popotin prit feu. Ce fut dur, mais bon ensuite dès la série terminée. Et là, comme un imbécile inconscient, lorsqu’elle me demanda si j’allais bien pendant ses petites caresses, je répondis, j’adore. Quel CON ! Les dix suivants me furent donnés non stop et sans caresse. Là, ce fut TRES dur mais comme je m’enfonçais dans mon masochisme profond en appréciant les milliers de fourmis s’agitant dans mes fesses, quand elle m’a demandé combien je lui en offrais, je répondis vingt. Elle me traita de fou et rangea la cane en me jetant un vêtement sur la tête me privant ainsi de voir la suite de ses préparatifs.

« Tu fantasmais sur du vrai viol, un véritable enlèvement, j’espère que tu apprécies la première partie parce que la suite sera aussi douloureuse ».

Cette phrase aurait du me glacer le sang, mais comme je suis maso et que j’ai une totale confiance en ma Maîtresse, la petite inquiétude qui me traversa l’esprit se transforma en une sourde excitation. Les petits bruits que j’entendais ne me permirent pas de prévoir la suite, ce n’est que lorsqu’elle lubrifia mon anus que je compris où se portais son centre d’intérêt immédiat. Si ces intentions étaient les même que la dernière fois, j’allais déguster.

Ces intentions étaient les même que la fois précédente mais en pire. Armée d’un gros plug long et très pointu fixé sur la ceinture de son gode ceinture modifié pour la circonstance, elle me prit assez rapidement et sans plus de précaution que celle de ne pas me blesser en murmurant à mon oreille qu’un viol ça fait mal. Comme la fois précédente, elle me défonça à grand coup de reins en m’arrachant des cris de douleurs qui peut à peut se transformèrent en gémissements plaintifs puis en râle de plaisir. J’aurai sûrement du continuer de crier car dès que cela commençait à être bon, elle s’arrêta en m’indiquant être précoce. GRRRRR Je l’aurai mordu si j’avais pu.

La différence entre la fois précédente et ce soir là est énorme ! La fois d’avant, elle s’était retirée et nous étions passés à d’autres hostilités néanmoins plaisantes. Là, elle décrocha le plug de la ceinture, le laissa logé en moi en m’ordonnant de serrer les fesses pour qu’il ne sorte pas. Après m’avoir libéré de mes entraves, elle me remit la couche encore propre puis la culotte en plastique. Sommé de me lever doucement car un peu dans les « nuages », je migrais doucement sur le lit pour ne point martyriser mon fondement. La vue de la camisole me permit d’imaginer que la nuit risquait fort d’être difficile. Sans aucune résistance, je l’ai laissée me la mettre et fermer les boucles qui allaient m’emprisonner pour la nuit. Elle poussa tous les accessoires, tira la couette et m’ordonna de me coucher, ce que je fis avec d’immenses précautions. La voir se dévêtir avec un sourire « banane » me chauffa le cœur même si je sentais venir quelques coquineries.

Etendue près de moi, elle s’offrir quelques petits moments de plaisir avec son jouet vibrant tout en savourant le fait qu’elle me frustrait de ne pouvoir y participer. Juste avant l’heureuse conclusion, elle se leva pour venir chevaucher mon visage puis s’offrir une paroxysmique deuxième jouissance tout aussi fontaine que la première. Ma frustration était à son comble, mon Popaul souffrait de la crise du logement, mes précieuses me faisaient mal tant elles étaient monstrueusement étirées par le Popaul tirant sur la cage de chasteté. Et là, mesdames et messieurs les jurés, pardon chers lecteurs, elle tourna puis se lova sur moi pour me manger de bisous en me serrant très fortement. Si en d’autres temps, cet excès d’amour est ultra plaisant, agréable et fait chaud au cœur, là, ses gestations me furent quelques peu « douloureuses » devant et derrière. « Hummm, je t’aime toi, tu me fais trop délirer, je m’éclate de plus en plus en Maîtresse ». Cette phrase venue du fond du cœur me combla au possible mais n’apaisa en rien la sourde, abyssale et diabolique excitation devenue une crise de boulimie sexuelle.

La nuit fut difficile et peuplée de songes fous, d’abandon masochiste total mais aussi de douleurs aux testicules et de tentatives désespérées de rejet du plug par mon anus. Au petit matin, alourdie par l’urine la couche détendue permit l’expulsion du missile anal en m’arrachant un gémissement de douleur tant il collait. Les excréments ne m’attirent en rien, dans ma couche j’imaginais la chose « sale » quand mon intérieur s’agita. La peur de déféquer sur moi me poussa au mensonge. Je réveillais ma belle et non moins tyrannique Maîtresse d’amour en prétextant de violentes douleurs dans les épaules. Tirée du sommeil, elle ne chercha point à comprendre et me libéra de la camisole sans me donner d’instructions. Je pus donc me libérer de tout et me laver. L’eau apaisa mon excitation matinale comprimée dans la cage de chasteté ce qui ne pouvait nuire après tant de compression.

Et là, par masochisme ou débilité, je ne pus contenir mon envie d’écrire mes aventures puis une lettre d’Amour à mon épouse et Maîtresse d’Amour tout en lui parlant de mon plaisir démesuré de m’offrir ainsi à elle corps et âme.

A suivre ici


http://www.fessestivites.com/f/articles/5846-Un-stage-d-enfer-BDSM-ou-l-enfer-d-un-stage-desire


Rencontres 

Vidéos ABDL

Forum BDSM

Chat ABDL

Boutique ABDL

Par TSM - Publié dans : Vécu et bien réel - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Texte

Créer un Blog

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés