Jeudi 23 février 2017 4 23 /02 /Fév /2017 15:11

Piégé en couche et en selfbondage une nouvelle vie démarre

Piege_en_couche_et_en_selfbondage_une_nouvelle_vie_demarre.jpg

Après 20 ans de mariage, sa vie de couple partant en brioche, un homme s’adonne à des plaisirs solitaires et au selfbondage. Son épouse, une déesse, une beauté de la mère nature le découvre. Une histoire à rebondissement mais aussi qui traite des Mères oubliant d’être femmes.

Après 20 ans de mariage, ma vie de couple partait en brioche. Marié et papa à 19 ans, je n’ai pas profité de ma vie d’homme. Ma puce était une déesse, une beauté de la mère nature, nombreux étaient ceux qui la courtisaient en vain, j’étais l’élu. L’élu de son coeur, nous câlinions des week-ends entiers en nous disant des mots d’amour. Et puis bébé est arrivé, j’étais fier comme Artaban, c’était un beau bébé, un garçon qui a fait ses nuits en un rien de temps. Un p’tit bout d’homme bien, f o r c é m e n t c’était le mien....

Le problème est que la femme en devenant mère a oublié qu’elle était une femme. Si au début je trouvais logique qu’elle consacre son temps et son énergie pour le bébé, Marion n’était plus intéressée par le sexe. Tout au plus quelques câlins de temps en temps nous rapprochaient. Je n’étais plus son mari, je n’étais plus que son amis et le père de son bébé....

Mes multiples tentatives pour sortir, aller au cinéma, au restaurent ou autre en payant une étudiante pour faire la nounou se sont toutes soldées par des échecs. N’étant pas coureur de jupons de par ma timidité avec les filles, j’ai fini par prendre un abonnement avec la veuve poignet et par surfer sur le net. Comme je savais par avance que mes tendres attentions se solderaient par un échec, j’attendais qu’elle soit couchée pour aller surfer sur des sites dits cochons. Les BDSM m’a attiré, non pas pour la douleur mais pour les jeux de rôles. Des fois je me voyais attacher ma puce pour lui faire des choses, d’autre fois, je m’imaginais entravé obligé de lui déguster le minou dans un facesitting d’enfer où elle jouissait comme avant, comme à nos débuts de vie de couple quand nous faisions des 69 de folie.


Un jour, je suis tombé sur Fessestivites, un site abordant de multiples fétichismes. Au départ, je me suis limité à la partie gratuite, les histoires érotiques et les photos BDSM suffisaient à me faire rêver. Je n’avais pas d’annonce ni de photo, il était hors de question pour moi de tromper ma femme et de faire des rencontres. Une nuit, un texte mélangeant BDSM et ABDL m’a perturbé. J’avais vu qu’il y a des photos ABDL, mais je me disais que ces gens avaient des goûts bizarres. Cette histoire érotique traitait de domination féminine, de bondage et d’humiliation.


La Maîtresse attachait son mari soumis et, après l’avoir un peu martyrisé, lui imposait un facesitting pour prendre son plaisir. A la suite de quoi, elle lui mettait une couche et le laissait attaché pour la nuit avant d’aller dormir. Le mec racontait sa gêne puis la honte qu’il avait éprouvée quand, n’en pouvant plus, il avait du se laisser aller dans sa couche et que sa femme savait qu’il aimait ça. Le matin, elle venait s’offrir un deuxième facesitting en titillant ses tétons tout en lui disant que s’il n’arrivait pas à la faire jouir, elle le laisserait attaché toute la journée. Dans sa jouissance, elle avait laissé échapper quelques gouttes d’urine qu’il avait bu avec un plaisir nouveau.


Cette histoire ayant enflammé mes sens, j’ai commencé à regarder les photos ABDL. Les photos de mec en couche ne m’attirent pas, celles des filles AB dans leur monde de petites filles m’ont beaucoup plus. Celles associant BDSM et ABDL m’ont rapidement passionné. J’ai fini par prendre un abonnement après avoir contacté le webmaster pour savoir ce qui apparaît sur le relevé de banque. Et là, j’ai pu accéder à toutes les vidéos. J’y ai passé des nuits ! J’en ai eu des cernes sous les yeux et presque des ampoules, non pas à la main mais sur ma verge que je suis parvenu à irriter ! ! ! ! !


Un soir, en manque d’amour, j’ai branché ma femme en lui faisant remarquer que cela faisait trois mois qu’elle se refusait à moi et que nous n’avions pas fait l’amour. Quand elle m’a demandé si je tenais les comptes, j’ai répondu « oui » et je lui ai sorti le calendrier. Il y avait une croix sur le jeudi 10 janvier, si j’ai bonne mémoire, nous étions début mars. Elle m’a sauté au cou et m’a fait des tonnes de bisous en me disant qu’elle m’aimait, qu’elle avait juste un peu perdu sa libido. Quand une femme aussi belle que Marion vous saute au cou et vous fait des bisous, vous devenez non pas un légume mais vous fondez comme neige au soleil. Ce soir là, nous avons fait l’amour, j’avais juste l’impression dans ma tête qu’elle faisait un effort. Un sentiment horrible qui me mina au point qu’elle me demanda de me laisser aller. Il est vrai que j’ai toujours su me contenir et que je jouis quand je veux. Là, j’avais envie que cela dure toute la nuit comme avant.............


Il n’y a pas eu de grands changements après cette discussion ! J’ai repris un abonnement avec la veuve poignet et sur Fessestivites. C’est sur ce site que j’ai découvert le selfbondage. Plutôt que de craquer et la tromper, cela m’est apparu comme une alternative me permettant de me faire quelques plaisirs BDSM lorsque j’ai mes RTT. N’ayant pas de matériel BDSM, j’ai bricolé quelques trucs, j’avais des chaînes et des cadenas, des trucs simples qui se cachent dans le garage. Sauf que, quand on y a goutté.......


Sauf que, quand on a goutté au BDSM on a envie d’aller toujours plus loin.

J’ai donc commencé à visiter les sexshops et à m’acheter quelques accessoires. Pour les cacher, je me suis fabriqué un gros coffre où j’ai écrit « plomberie » au feutre sur le bois. J’ai ensuite fabriqué un coffre d’un centimètre de moins que le gros pour mettre à l’intérieur avec des bouts de tuyaux, des morceaux de gouttière, des trucs me servant à faire croire que...... Dessous, ce mini coffre, j’y cachais mes jouets coquins. Si ma femme ou mon fils ouvrait le coffre, ils ne pouvaient rien voir et n’iraient pas plus loin.

Les pratiques ABDL ont à nouveau titillé mes envies lubriques avec les 365 idées de jeux et punitions qui ont été publiés sur le site. J’ai fini par céder à l’envie d’essayer. J’ai donc commandé des couches et une culotte en plastique en me faisant livrer en poste restante. Le contenu du colis a trouvé sa place dans mon coffre « plomberie » dans le garage jusqu’à mes RTT. Lorsque j’ai essayé la couche, j’avoue avoir été déçu. J’ai donc zappé quelques temps. Le jour où j’ai été nommé directeur de l’agence bancaire où je travaille, cela a changé a donne. Je pouvais prendre des demi-journées sous des prétextes bidons sans avoir à rendre des comptes.


C’est donc le jour du BAC de mon fils que je me suis fait un gros délire qui a changé ma façon de faire du selfbondage en incluant la couche dans mes plaisirs. Après l’avoir déposé à a l’endroit où se déroulaient les épreuves, je suis revenu chez moi. Je m’étais fait un petit ice-timer en croisant les doigts pour que Marion ne le trouve pas dans le congélateur. Je me suis donc attaché avec un petit plug dans les fesses, une couche, des pinces à sein après avoir déposé les clés emprisonnées dans le glaçon dans l’entrée de la maison. ce jour là, j’ai du ramper comme un vers pour aller les chercher et attendre que le glaçon ait fini de fondre pour me libérer. Aussi idiot que cala puisse paraître, lorsque j’ai mouillé la couche j’étais à deux doigts de jouir. Une fois libre, lorsque je me suis masturbé en imaginant ma princesse m’obligeant à lui bouffer le chaton, j’ai pris un pieds d’enfer. Je crois que cela a été le plus puissant orgasme de ma vie. J’étais vidé de toute énergie, couché à même le carrelage, je n’arrivais pas à me relever.


Notre relation de couple c’est dégradée progressivement. Un jour, je lui ai dit : « à quoi me sert d’avoir la plus belle femme du monde si je dois me branler pour avoir un minimum de sexualité ». Elle n’a pas aimé. Comme elle m’a tenu tête, je lui ai demandé si elle avait un amant ou si elle espérait que son pucelage se reforme. Etant à bout, comme je ne cédais rien dans cette dispute, elle a fondu en larme. Ce soir là, cela ne m’a fait ni chaut ni froid. J’ai été méchant et lui ai indiqué en guise de mots se voulant consolateurs : « va te coucher, je vais me branler en rêvant que j’ai une femme ». Et là, je l’ai mise dehors du salon et j’ai fermé la porte. Je ne me suis pas masturbé, j’ai pleuré.


C’est ce soir là que j’ai décidé pour notre fils d’attendre un peu avant de demander le divorce. C’est aussi ce soir là que j’ai décidé de vivre ma sexualité en solo et de prendre tous les jeudis pour me faire plaisir. Mélanger le BDSM et l’ABDL est rapidement devenu une habitude lors de mes selfbondages. J’ai acheté de nouveaux jouets en payant par carte bleue, je me foutais royalement que Marion découvre mes dépenses. Par contre, pour préserver notre fils, j’ai fabriqué un deuxième coffre de « plomberie » ayant acheté un max de tenues et accessoires en guise de compensation d’une vie de couple que je n’avais pas.......


PIEGE EN COUCHE ET EN SELFBONDAGE


Comme indiqué précédemment, notre relation de couple c’est dégradée progressivement. J’ai prétexté ne pas avoir les mêmes vacances qu’elle pour m’accorder une semaine de délires et plaisirs personnels. Je lui ai promis de la rejoindre dans notre appartement au Cap d’Agde le vendredi et que je prendrai des RTT pour être avec elle le soir.

J’étais donc peinard, seul à la maison. Cette semaine là, je n’avais pas à tout cacher avant qu’elle arrive.

Je m’étais fait un très long lavement pour être propre avant de m’injecter un litre d’eau dans les fesses puis de me faire un plan BDSM selfbondage et ABDL.

J’avais acheté un coffre électronique sur ABCplaisir. A l’intérieur il y avait les clés de mes menottes.

Par sécurité, une ficelle à rôti doublée allait des menottes enfermées dans le coffre à mes menottes.

J’avais mis une culotte en plastique et deux couches, une était percée la deuxième par dessus assurerait l’étanchéité.

J’étais sur le lit, attaché sur le dos avec les jambes maintenues écartées par des bracelets et des cordes.

J’avais mis des pinces à mes tétons.

J’avais mis une des chemises de nuit de Marion

Je m’étais bâillonné avec un bâillon bouche ouverte.

J’étais en train de planer dans mes délires et mon selfondage en essayant de contrôler le dernier lavement désirant ressortir de mes intestins.


ET LA MARION EST ENTREE DANS LA CHAMBRE !


La porte étant fermée à clé, comme il n’y avait personne d’autre que moi et pas de dégât dans la maison, elle a compris que je n’étais pas en difficulté MAIS elle a pensé que la femme qui m’avait fait ça et aller revenir.

Marion n’a pas calculé le coffre électronique, d’ailleurs, comment pouvait-elle comprendre ?

Elle a pété un câble !

Elle a pleuré.

Elle m’a traité de tous les noms.

Et je ne pouvais rien dire hormis des : « é a e que u rois » à cause du bâillon. (Essayez de parler avec un bâillon bouche ouverte, vous comprendre mes soucis d’élocutions)

Marion m’a laissé seul avec ma déprime, mes angoisses, ma honte. Elle est revenue une demi-heure plus tard en me demandant le code d’accès au dossier « I like » caché à la racine du disque dur de notre ordinateur. Pour que je puisse parler, elle m’a retiré le bâillon en me disant avec la voix d’une hystérique qu’il valait mieux que je ne joue pas au con. Je lui ai donné le code, elle s’est acharnée sur le coffre qu’elle voulait emporter avec elle. C’est avec un couteau qu’elle est revenue une minute plus tard pour couper les ficelles à rôti reliant mes menottes aux clés. A la vue du couteau, j’ai cru que ma dernière heure était arrivée.


Je suis resté attaché trois heures avant que Marion revienne avec les larmes aux yeux. Ces trois heures ont été abominables. Voilà à peu prés ce qu’elle m’a dit :


J’ai cru que tu me trompais. J’ai cru à la fin de notre couple. Je t’aime plus que tout au monde. Je viens de lire ta correspondance, de voir les photos et vidéos que tu collectionnes. Je sais que tu m’aimes, que tu ne veux pas me tromper. Oui je t’ai délaissé, oui j’ai été mère et j’ai oublié d’être femme. J’ai pleuré comme une madeleine dans le TGV que j’ai pris pour revenir du Cap et en avoir le coeur net. J’ai aussi pleuré en lisant ton texte « Le rêve de ma vie ». Ce texte a été pour moi un électro choc. Je te jure mon chéri que même si ta libido est particulière et que tu es complètement fou, à partir d’aujourd’hui je vais redevenir ta femme, la femme que tu as épousée. J’ai aussi lu dans ton dossier que tu allais entreprendre une procédure de divorce. S’il te plait mon chéri, laisse-moi une chance, laisse-moi me faire pardonner. Non je ne suis pas frigide, non je ne suis pas qu’une mère, non je n’ai pas oublié l’homme qui a su me rendre mère mais aussi faire de moi une femme qui aime l’amour et a réussi à la faire jouir. Je crois qu’il est temps pour moi de me faire pardonner et de me donner à toi comme avant, de vivre aussi comme avant. Je t’aime et puisque tu rêves de facesitting, ....................

Et là, alors que nous étions deux à pleurer, elle a enjambé mon visage et m’a donné son chaton à déguster. Je ne sais pas si elle a simulé ou pas, mais elle a pris son temps et a beaucoup mouillé. Sans même me détacher, elle a ensuite dévoré mon visage et ma bouche de bisous sauvages en se frottant à moi comme une damnée.

 

EPILOGUE

Aujourd’hui, Marion sait à quoi servent tous les accessoires qu’elle a trouvé dans les coffres « plomberie ».

Aujourd’hui, Marion est redevenue un démon au lit, j’en suis à prendre des vitamines.

Aujourd’hui, Marion a mis mon sexe dans la cage de chasteté qu’elle a trouvé dans le coffre, elle ne veut plus rien perdre de ma « vitalité » et me libère tous les soirs ou presque.

Aujourd’hui, Marion est parfois ma soumise, parfois ma Maîtresse, parfois ma nurse mais aussi ma perle d’amour comme avant.

Ecrivaillon

Scénarios et idées de selfbondage

300 vidéos de selfbondage

Rencontres BDSM

Forum selfbondage

Matériel de selfbondage

Par TSM - Publié dans : Auto bondage et ABDL - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 18 novembre 2016 5 18 /11 /Nov /2016 08:44

Mauvaise surprise très BDSM pour un souminateur

Paul aime le BDSM, il rêve d’avoir une Maîtresse qui lui fasse ce qu’il aime. Comme beaucoup de soumis me direz-vous, car la soumission ce n’est pas uniquement ce que l’on aime mais bien d’autres choses et un état d’esprit.

Paul a beaucoup de chance, sa femme l’aime à la folie et accepte ce qu’elle appelle, « ses égarements ». Elle lui fait donc sans grande conviction ce qu’il lui demande. Jeune retraité de l’armé, il joue souvent tout seul à la maison pendant que sa femme travaille. Il s’est même offert le coffre électronique de chez ABCplaisir.com cela lui permet de mettre sa cage de chasteté en métal et de s’obliger à rester chaste, au moins de devant car, dans ces périodes, il compense ses envies avec des plugs de toutes tailles.

Il vient de s’offrir le lot de 3 plugs dont le dernier fait 62mm. Les anciens diraient qu’il a les yeux plus gros que le ventre car ce dernier plug trop gros pour lui ne passe pas. En cette belle journée de printemps, il s’est fait un selfbondage. Il a écrit sur un papier scotché à la porte d’entrée ce que Marie doit lui faire quand elle arrivera. Par sécurité il a toutefois mis les clés de menottes près de lui dans le coffre électronique au cas où sa femme aurait un souci.

Son plan de selfbondage était osé dans le sens où il cumulait beaucoup de choses et de fétichisme. Étendu sur le lit avec sa cage de chasteté plus un plug et une couche, il attend Marie en fantasmant. Ses jambes sont maintenues écartées par des menottes, doublées de fourrure pour son confort... Ses poignets sont bloqués au-dessus de sa tête par des menottes en acier fermant réellement avec des clés, sur ta tête il s’est mis une cagoule BDSM permettant de jouer avec la vue et la bouche en fonction des envies de la Maîtresse.

Aussi gentille que soit Marie, elle sature un peu des folies de son mari. Ne sachant pas que son mari avait décidé de jouer, elle a invité à dîner son amie Laurie, une lesbienne dominatrice dans l’âme qui la drague depuis des années. En arrivant à la maison, elles découvrent toutes les deux la « fiche de mission » de son mari soi-disant soumis.

- Putain j’en ai mare de ses conneries, regarde ce qu’il s’est préparé ! Dit Marie à Laurie en lui tendant le papier.

Ma maîtresse chérie

Je me suis entravé pour toi dans la chambre.

J’ai mis ma cage de chasteté, tu ne dois me la retirer pour t’empaler sur moi que quand j’aurai bien léché ta chatte.

Comme tu seras en colère après ton piètre soumis, tu changeras le plug de mes fesses pour mettre celui de la taille au dessus avant de prendre du plaisir sur ma queue.

Après avoir joui, tu refermeras la couche ou la changeras si elle est trempée et me laisseras encore une petite heure avant de venir me délivrer.

Ton soumis

P.S. je n’ai pas eu le temps d’aller faire les courses, ce soir tu n’as qu’à commander des pizzas.

- Un soumis qui me parle comme ça, je lui en ferai baver ! Indique Laurie à son amie en lui rendant la feuille. Tu comptes faire quoi là ?

- Je ne sais pas, je n’ai pas envie de jouer, j’ai envie de douceur et d’un bon câlin, pas de ces conneries.

- Et si tu lui faisais une surprise ?

- Laquelle ?

- Tu me laisses m’occuper de son cas mais rassure-toi, sa bite ne risque pas de rentrer dans mon petit chaton, il est réservé aux femmes aussi jolies que toi !

- Tu ferais ça pour moi ?

- Mais avec plaisir ma chérie, tu sais que j’ai eu un soumis pendant des années. Je ne manque pas d’expérience, cela m’amusera et te déchargera tout en lui faisant une surprise.....

- Après tout pourquoi pas ! Que dois-je faire ?

- Tu viens juste quand je t’appellerai. La clé de sa cage de chasteté est où ?

- Elle doit être à côté de lui avec tout son bazar.

- Va prendre un bon bain et te délasser, je m’occupe de tout ma chérie.

Lorsque Laurie entre dans la chambre, Paul fait semblant, comme d’habitude, d’être une victime et tire sur ses entraves. Ne pouvant voir ce que ce n’est pas sa femme, il s’agite et crie dans la cagoule qu’il a très envie d’elle et que la menotte de son cheville droite est un eu trop serrée.

- Oh le vilain bébé que voilà ! Crie Laurie pour qu’il l’entende à travers sa cagoule. Il en veut des choses ce coquins !

Surpris Paul prend peur. Cette fois il tire comme un forcené sur ses entraves mais elles résistent. Qui peut être cette salope ? Une équipe de cambrioleur ? Quelle heure peut-il être se demande t’il en espérant que sa femme arrive rapidement ? Lorsque Laurie pose sa main sur la couche et en flatte le contenu, il se demande ce qu’il va lui arriver. Au moment où elle l’ouvre il s’affole vraiment !

- Mais elle est jolie cette cage de chasteté, au moins avec ça, tu es obligé d’être sage. Oh il s’est mis un petit plug dans le cul, mais ce n’est pas là qu’il faut mettre sa sucette. Et puis on va la changer, elle est trop petite cette tétine, on va en mettre une pour les grands.

Paul comprend à ses propos que ce ne sont pas des cambrioleurs, cela ne peut qu’être une surprise de sa femme. Son rêve, être soumis à deux femmes qui seraient des acharnées de sexe. Hummmm. Passé le moment de honte, il ne tente plus de se libérer mais se laisse faire avec plaisir. Laurie retire délicatement son plug qu’elle essuie sur la couche puis prend en une autre qu’elle glisse sous ses fesses en lui demandant de l’aider. Paul soulève ses reins avec plaisir ! Lorsque Laurie prend une « tétine plus grosse » elle n’y va pas par quatre chemins, elle prend le plus gros ! Celui de 62 mm qu’il n’est pas arrivé à prendre, elle le charge en lubrifiant. Paul prend conscience qu’elle s’est « trompée » ce n’est pas celui-là qu’il veut mais l’autre plus petit. Elle n’a que faire de ses réfutations désespérées et s’acharne à le loger dans son petit cul trop étroit. Il résiste et se cambre en appuyant fortement ses fesses sur le matelas, mais c’était sans compter sur le savoir faire d’une vraie Maîtresse expérimentée !

Ni une ni deux, elle attrape ses testicules qu’elle serre fortement puis les tire vers la tête de Paul comme si elle voulait les poser sur son nombril. La douleur est telle qu’il se cambre dans l’autre sens et laisse un meilleurs accès à son anus. Laurie en profite pour le faire passer en appuyant très fortement et en le faisant tourner. Paul a l’impression que son cul explose, cela lui fait même l’effet d’une brûlure dans c’est tendu. Soudain, face à la volonté d’une Maîtresse décidée à mater un souminateur, le plug de 62 mm s’enfonce dans ses entrailles, soulageant de fait la douleur. Si cela soulage Paul, cela l’affole aussi parce qu’il faudra le ressortir !!!!!

Il est tellement essoufflé et transpirant sous sa cagoule qu’il prend à peine conscience qu’elle referme la couche. C’est lorsqu’elle serre fortement en écrasant ses testicules contre la cage de chasteté que la réalité lui saute aux yeux : elle va le lui laisser !

- Voilà qui est fait, qu’est-ce qu’elle devait faire encore ta femme, attend je regarde. Ah oui, elle devait se faire bouffer le chaton puis ensuite, retirer la cage et s’empaler pour jouir. Oui ben je doute que dans ces conditions elle y arrive ! Bon pour le broutage de minou on va faire un compromis. Cela tombe bien, j’ai envie d’aller aux toilettes. Lui crie Laurie en enjambant son visage. Allez ouvre la bouche !

Comme le lecteur peut s’en douter, Paul n’est plus volontaire du tout ! Pour générer les bonnes volontés, rien ne remplacera les ongles acérés féminins plantés dans les tétons. Il crie et se débat, elle serre un peut plus en les faisant tourner et en les tirant. La bouche ouverte pour crier de douleur, Paul reçoit un long jet d’urine qui l’étouffe. Il crache et tousse, Laurie lui laisse le temps de se reprendre et lui annonce qu’il va devoir tout boire s’il veut conserver ses tétons. Lorsqu’il sent les ongles dangereux attraper ses petites tétines en feu, il ne peut qu’abdiquer. C’est un moment très difficile à vivre pour Paul à deux doigts de vomir.

- Lèche la goutte !

Paul s’exécute sans discuter, il ne veut plus souffrir et lape les lèvres intimes humides.

- Mon petit cul aussi, tu l’as éclaboussé !

Écœuré mais vaincu, il s’exécute entre une fois en espérant que son calvaire se termine rapidement. Le pauvre..... Satisfaite de la langue du maté, Laurie se lève et prend une paire de pince à sein qu’elle pose sur les tétons déjà malmenés avant de lui souhaiter un gros dodo. En entendant ça, Paul s’affole et essaye d’attraper le coffre électronique contenant les clés de menottes. Il a disparu !

........................

Le souminateur maté va attendre ainsi plus de trois heures. Marie va venir le libérer mais les trois heures d’attente vont être difficiles pour lui. Ce qu’il ne sait pas encore c’est que sa femme a cédé aux demandes de Laurie et qu’elle a goutté aux plaisirs saphiques et que cela a été une révélation pour elle.

- Et coucou vilain bébé ! Dit Laurie en entrant dans la chambre accompagnée de Larie.

Elle lui retire sa cagoule, Paul cligne des yeux à cause de la lumière soudain trop vive. Il ouvre soudain en grand lorsqu’il voit sa femme enlacer cette femme qu’il ne connaissait pas. Il les écarquille en les voyant s’embrasser à pleine bouche !

- Et oui, je connais ta femme depuis longtemps, et ce soir, pendant que tu vivais réellement ta soumission, elle a découvert que faire l’amour avec une femme c’est très bon.

Sur ces mots, Laurie se met à faire des photos de lui avec son téléphone mobile. Paul est furieux et essaye de cacher son visage mais trop tard, le mal est fait.

- Il est bien ton coffre, on va y mettre les clés des menottes, comme ça, Marie ne te libèrera pas tout de suite. Cela te laissera le temps de méditer. Les clés de ta cage de chasteté, c’est moi qui les garde, comme ça, tu vas vraiment apprendre ce qu’est la soumission. Je vous laisse ma chérie, et, si pendant qu’il est bloqué dans ses entraves tu as envie de te faire brouter le chaton, n’hésite pas, il sera volontaire. S’il ne l’est pas, pince ses tétines, cela ira beaucoup mieux.

Après un long et langoureux baiser, Laurie quitte les lieux en lui faisant voir qu’elle met dans son sac à main les clés de sa cage de chasteté

Une nouvelle existence s’ouvre à lui, celle d’un vrai soumis à deux femmes. Marie prenant goût à la domination en compagnie de sa nouvelle chérie, Paul n’a plus besoin de faire du selfbondage pour s’amuser, il espère même une trêve.

Ecrivaillon

Histoires érotiques BDSM

Vidéos BDSM sex

Rencontres BDSM

Boutique BDSM

Forum BDSM

Par TSM - Publié dans : Auto bondage et ABDL - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 29 septembre 2016 4 29 /09 /Sep /2016 22:56

Coffre électronique pour vos jeux BDSM, ABDL, selfbondage et chasteté

(et autres usages domestiques comme les téléphones, les chocolats, les.....)

Coffre_electronique.jpg

Nous l'avons enfin trouvé ce coffre électronique qui va vous permettre de gérer vos passions BDSM, ABDL et / ou de selfbondage !

Ce coffre fort est facile à utiliser pour mieux gérer la maîtrise de soi :

Placez un élément dans le coffre

Tournez le bouton pour régler la minuterie

Appuyez sur le bouton pour activer le verrouillage

Une fois verrouillé, le Coffre-fort ne se déverrouille pas jusqu'à ce que le compte à rebours arrive à zéro. Tricher est impossible !

Réglage : d’une minute à dix jours

Type de batteries : 2 piles AA

DELAIS DE LIVRAISON 3 SEMAINES

INFORMATION CLIENT

ABCplaisir.com ne peut en aucun cas être tenu pour responsable de vos actes et de vos jeux coquins. Nous vous recommandons la plus grande prudence.

En cas d'urgence, le dessous du coffre peut se briser aisément sans outils spéciaux, le but de ce coffre étant de dissuader.

DES IDES PERVERSES

EN BDSM POUR LES SOUMIS ET SOUMISES

Vous les abandonnez entravés sur une chaise ou un fauteuil avec des choses..... dans le ou les orifices. Vous programmez le coffre et mettez les clés des cadenas à l’intérieur avant de partir. Par sécurité bien sûr, vous leur laissez un téléphone.

POUR LES ABDL :

Après avoir mis votre couche ET une chaînette en guise de ceinture, vous y posez un cadenas et enfermez les clés dans le coffre. Quelle durée allez-vous oser mettre ?

Pour les nurses et Daddy, et si vous mettiez les clés du cadenas de sa ceinture de chaîne dans le coffre en partant de chez vous ou de chez votre bébé avec 24 heures de programmées ?

EN SELFBONDAGE

Les adeptes du selfbondage trouverons sans soucis les moyens de se faire de gigantesques plaisirs dans l’auto contrainte avec ce coffre programmable.

POUR LES CLES DES CAGES DE CHASTETE

Le coffre est programmable sur 10 jours. Combien de jour de chasteté allez-vous vous imposer ?

OU pour les dom, combien de jour de chasteté allez-vous imposer à votre soumis car c’est aussi un moyen de gérer ses réfutations qui peut se faire aux dès.....

Ce coffre à ouverture programmable est sur ABCplaisircom ici (mot clé : coffre)

Coffre_electronique_2.jpg

 

 

Par TSM - Publié dans : Auto bondage et ABDL - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 25 juillet 2016 1 25 /07 /Juil /2016 09:30

Plus de 1000 idées de jeux ABDL selfbondage et domination sont postées par Le pervers coquin sur Fessestivites.

 

Ci-dessous quelques exemples orientés ABDL avec des variables autour de la couche.

 

 

Idee-jeux-domination-en-couche--1-.jpg

Idee-jeux-domination-en-couche--3-.jpg

Idee-jeux-domination-en-couche--2-.jpg

Idee-jeux-domination-en-couche--4-.jpg

Idee-jeux-domination-en-couche--5-.jpg

 

 

Idées de jeux ABDL selfbondage et domination

350 vidéos de selfbondage

960 vidéos ABDL

Scénarios et histoires érotiques de selfbondage

Forum ABDL

Forum selfbondage

Boutique BDSM et ABDL

 

Enregistrer

Par TSM - Publié dans : Auto bondage et ABDL - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 30 mai 2016 1 30 /05 /Mai /2016 18:46

Test du nouveau carcan BDSM avec des options ABDL, libertines, fessée et même enema

 

Nous avons testé le nouveau carcan BDSM, il permet d'évoluer en enema, ABDL ou libertinage au grès de vos envies tout comme pour une fessée.

La pauvre soumise très volontaire pour ce test en a vu des vertes et des pas mûres car une fois en place... hé hé, mon imagination débordante a pris le dessus.

Les approches érotiques espérées ont bien eu lieu, mais vous n’aurez pas les photos c’est trop intime, par contre la suite fut très amusante.

carcan_BDSM_enema_ABDL_libertin_1_.jpg

carcan_BDSM_enema_ABDL_libertin_2_.jpg

Enfin amusante pour moi car la belle n’a pas eu d’autre choix que d’abdiquer pour cause de carcan BDSM.

carcan_BDSM_enema_ABDL_libertin_5_.jpg

Après quelques claques sur ses fesses offertes, (c’était trop tentant) un petit coup de clystère histoire de mettre la belle en condition.

carcan_BDSM_enema_ABDL_libertin_4_.jpg

Comme elle râlait, un petit coup de pompe à lavement au Perrier (les gaz...) puis une couche histoire de ME sécuriser. (Rire)

carcan_BDSM_enema_ABDL_libertin_3_.jpg

Un bon plug gonflable pour finir de laisser mijoter la belle.

Nous passerons les détails de la libération, (dans tous les sens du terme) car descendre de ma cage n’a pas été évident pour la belle.

Le carcan BDSM est ici

Rencontres BDSM

Histoires érotiques

Vidéos BDSM

Forum BDSM

Boutique BDSM

Lingerie coquine

Par TSM - Publié dans : Vécu et bien réel - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Texte

Créer un Blog

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés