Dimanche 6 avril 2014 7 06 /04 /Avr /2014 12:15

Maîtresse Enema aime l’uro et le lavement sadique


Maitresse_Enema_aime_l_uro_et_le_lavement_sadique.jpg

Par Ecrivaillon

Lorsque j’ai rencontré Maîtresse Enema sur Fessestivites, n’étant pas totalement inculte, je me doutais bien que mon petit trou du cul serait visité pour ne pas dire nettoyé mais je ne m’attendais pas à tant de perversité ! Dès notre première rencontre elle m’a déstabilisé en me mettant un penilex, sorte de préservatif équipé d’un tuyau puis d’une poche à urine qu’elle a attaché à ma jambe avant de la relier au tuyau du pénilex. A la suite de quoi, elle m’a demandé de me rhabiller puis de lui servir de chauffeur pour ses courses.

J’ai donc compris pourquoi elle m’avait donné rendez-vous à 14 heures. Maîtresse Enema n’aime pas conduire. Comme beaucoup de femme, elle aime le shoping, nous avons donc visité l’intégralité des boutiques ou presque des galeries marchandes de plan de campagne… Je devais marcher derrière elle à environ deux mètres et porter ses paquets, ce qui amusa ceux qui ont repéré son manège. Lorsque j’ai éprouvé une envie de faire pipi, j’ai bien essayé de négocier un passage aux toilettes qui m’a été refusé puisque j’étais « équipé » et valu une punition pour le soir même. Par contre elle a fait plusieurs pauses pipi en me narguant de ses sourires charmeurs mais aussi sadiques !

Au bout d’un moment je n’en pouvais plus, pendant que nous faisions quelques courses au supermarché, j’ai craqué et, la peur au ventre, fini par uriner dans le penilex qui a fait son office. J’avais peur qu’il y ait des fuites et de me pisser dessus en plein supermarché à l’heure de pointe. Si le penilex a fait son office, marcher avec une poche à urine pleine attachée à la jambe génère aussi une gêne et des inquiétudes car j’avais peur que la fixation cède. OUF elle a aussi résisté mais comme expérience au milieu de la foule c’est chaud chaud ! ! !

Arrivés à son logis, Maîtresse Enema m’a fait décharger la voiture et ranger certaines choses avant de m’envoyer à la douche pour « décrasser le cochon » même si j’avais pris une douche avant notre premier rendez-vous. Mon réflexe a été de fermer la porte puis de retirer la poche et le penilex. Elle est arrivée comme une furie en m’indiquant qu’un soumis n’a pas à se cacher et n’a en aucun cas droit à la pudeur avec sa Maîtresse. En guise de punition elle m’a fait m’étendre dans sa baignoire avant de vider la poche à urine que j’avais mise de côté sur mon visage.


poire_lavement_19.jpg

Sans même me laisser me rincer, elle m’a forcé à me mettre à quatre pattes pour m’enfiler dans le cul le tube d’une poire à lavement en me promettant les pires punitions si j’avais une fuite dans sa baignoire. J’étais blême ! Avec un demi litre d’eau dans les fesses, prendre ma douche devant une furie ne se privant pas de commentaires sur ma façon de me laver, fut une étape difficile. Et là, elle m’ordonna d’aller me vider le « croupion » aux toilettes sans fermer la porte. Faire devant une Maîtresse qui vous regarde avec un sourire amusé fut assez hard pour moi, surtout pour le bruitage….. Comme Maîtresse n’aime pas la « merde » elle m’a fait remonter dans sa baignoire et collé deux poires à lavement l’une après l’autre avec les même menaces que précédemment de punition en cas de fuite. Re belotte et dix de der, (sauf que le dix de der était loin…) j’ai été accompagné aux toilettes pour la vidange.

J’ai cru qu’elle était satisfaite du résultat lorsqu’elle m’a ordonné de finir de me doucher et de nettoyer la salle de bain et les toilettes. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’après les lavements, même si l’on a rejeté il y a encore des « restes » et donc encore envie de retourner aux toilettes. Je me suis fait attraper juste au moment où j’allais m’asseoir sur le trône et incendier.

- Si tu n’es pas étanche du cul, on peut éventuellement te mettre des couches du con, d’abord tu ne m’as pas demandé la permission d’aller aux toilettes et en prime, tu t’y rends sans avoir terminé le ménage des lieux que tu as salis. Tu cherches les punitions ou quoi ?

C’est donc avec les fesses serrées que j’ai terminé le ménage de la salle da bain et des toilettes avant de demander la permission de m’y rendre et là, elle a tenu à inspecter les lieux comme un contremaître méfiant cherchant la faute quitte à la fabriquer pour avoir le plaisir de punir. Penché en avant sur la baignoire, mes fesses nues ont goûté à la canne anglaise ! Le sifflement annonciateur de douleur ne ment pas, cela fait mal ! Les 10 coups reçus ont laissé une dizaine de marques dont une sur la cuisse qui y est restée au moins dix jours ! ! !

UN APERO PARTICULIER

Madame s’est faite servir le champagne que j’avais apporté sans pour autant m’en proposer une coupe. Elle m’a imposé de me mettre à genoux devant son canapé avant de poser ses jolis pieds sur mon dos pour siroter son champagne en téléphonant à une amie. A la suite de quoi, une demi-heure plus tard, elle m’a abandonné un instant en m’intimant l’ordre de ne pas bouger. A son retour, Maîtresse Enema a posé une gamelle devant moi avec du champagne puis a posé derrière moi une bouteille dont dépassait un Clyster Ball enema, sorte de pompe à main permettant d’injecter dans les fesses un liquide pompée dans un récipient via un tuyau.


Clyster_Ball_enema_lavement.jpg
La bouteille d’eau pour un lavement d’un litre et demi m’inquiétait fortement ! L’ordre est tombé de laper comme un chien le champagne dans la gamelle pendant qu’elle m’introduisait la canule dans les fesses. Le champagne avait un drôle de goût, je dirai même un goût sérieusement douteux ! ! ! Elle s’est resservi une coupe puis s’est à nouveau installé dans son canapé en posant les pieds sur mon dos. A chaque fois qu’elle trempait ses lèvres dans sa coupe, j’avais droit à une rasade d’eau dans les fesses via le Clyster Ball enema ! Autant dire que j’avais peur d’avoir des fuites et que je serrais les fesses comme un malade.

Maîtresse Enema s’est soudain levée pour aller chercher la bouteille de champagne et là, ma surprise fut de taille. Elle s’est accroupie devant moi en dévoilant sa tendre intimité avant de pisser dans ma gamelle ! Elle n’a pas vidé totalement sa vessie car elle est allée terminer aux toilettes. En revenant elle a complété la gamelle avec du champagne avant de trinquer avec moi. Cette grande sadique d’une beauté à vous couper le souffle a remué le contenu de ma gamelle avec son index avant de me le donner à lécher. Lorsque je lui ai indiqué que mon colon se révoltait et que malgré mes efforts nous allions à la catastrophe, sa réponse fut très particulière.

- Finit ton apéro avant d’aller aux toilettes !

Dire que ce fut difficile est peu dire mais je l’ai fait ce qui m’a valu des félicitations puis un coup de chaleur dans le cœur et la tête ! Une fois être allé me vider aux toilettes, je pensais être tranquille de ce côté-là de mon anatomie, il n’en fut rien.

« Aimerais-tu lécher le minou de ta Maîtresse » ? Me demanda t’elle en s’agenouillant devant moi jambes écartées ? A la vue de sa vallée intime aussi délicieuse que la totalité de son anatomie, ma réponse a été positive sauf qu’elle m’imposa un deal sans me laisser savoir ce qu’il contenait.

- Ok, alors je vais encore m’amuser avec toi et tu vas tout accepter sans rouspéter et, si tu es méritant, je te laisserais me lécher ce qui sera un honneur pour toi car je ne l’accorde quasiment jamais aux soumis.

Maîtresse Enema m’a planté à nouveau la canule de son Clyster Ball enema avant de m’injecter une nouvelle bouteille d’eau. Le pire fut après quand elle a sortie une couche pour adulte et m’a demandé de m’étendre sur le dos pour me la mettre. Mort de honte je m’apprêtait à refuser quand elle m’a rappelé notre deal en précisant que si je n’avais pas de parole, c’était la porte immédiatement. Mûrissant des envies de la revoir, abdiquer était mon seul choix, l’âme en peine je me suis donc laissé faire tout en la maudissant.

La couche posée, elle m’a enjambé en restant debout au dessus de mon visage. Ne portant pas de culotte, la vue me fit oublier la couche un instant, ses cuisses fuselées admirablement dessinées par la mère nature donnèrent un sacré coup de pied à mon échine même si elle était pleine. Mon sexe replié dans sa couche l’aurait bien déchirée mais il était comme muselé. Quand elle s’est baissée et mise à genoux sur mon visage, un doux parfum de féminité enivra mes neurones. De la pointe de la langue je me suis aventuré entre ses délicates lèvres intimes, elle ondula aussitôt puis se replaça pour mieux profiter de l’instant. Dans un réflexe câlin, mes mains se sont mises à la caresser, je planais sur un nuage quand un coup de poing dans mon ventre explosa net mon rêve de par ce qui est soudain sorti sans crier « gare » dans ma couche.

Vider ainsi mes entrailles dans une couche castra net la magie et mon érection. J’étais mort de honte pendant qu’elle cherchait ma langue s’étant mise en pause au moment du tsunami du bas. Ses pinces digitales sur mes pauvres tétons innocents accompagnèrent un ordre clair net et précis : « lèche-moi » ! Si en d’autres temps j’ai rêvé d’un facesitting avec une Maîtresse, là je n’avais qu’une envie, foncer à la salle de bain ! L’ordre est tombé d’ouvrir la bouche et de boire sans en perdre une goutte, sous peine de représailles. J’ai donc pour la première fois bu du champagne doré à la source de la vie. Il était un peu salé mais entre ses mains, j’aurai léché un paquet de sel entier pour qu’elle continue de me laisser savourer ses trésors féminins.

Maîtresse Enema a mis un terme à mes délices pour m’envoyer me laver en m’accordant 10 minutes douche et ménage de la salle de bain compris. Tel un gros bébé tout merdeux dans sa couche, la queue basse et les joues blêmes, je suis donc allé à la salle de bain où j’ai découvert avec surprise que la couche était propre, seulement mouillée de l’eau de mon lavement.

Cette dominatrice si perverse m’a ensuite rapidement raccompagné vers la sortie en m’indiquant que je semblais être un bon soumis et qu’elle me rappellerait sûrement pour d’autres moments plus chauds si j’avais envie de revenir. Il va de soit que j’ai répondu positivement malgré les gigantesques moments d’humiliation qu’elle m’avait fait subir, allez donc savoir pourquoi ?

Ecrivaillon


Acheter du matériel pour vos lavements et jeux uro


Faire des rencontres


Chat webcam et exhibition BDSM


Photos et récits érotiques BDSM gratuits

Par TSM - Publié dans : Vécu et bien réel - Communauté : ABDL & plaisir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 avril 2014 7 06 /04 /Avr /2014 12:14

Grenouillère pour adulte un piège

 

Grenouillere_pour_adulte_a_cadenas_5_cadens.jpgGrenouillère pour adulte

 

Auteur : Ecrivaillon

Adepte des rencontres libertines ou fessée, je surfais depuis près de deux ans sur le site de rencontre Fessestivites ce qui m’a permis de rencontrer des gens géniaux et de passer de superbes soirées. Comme ce site est ouvert à tous les profils, j’ai sympathisé avec un couple ABDL qui fait parfois un peu de la fessée. Passant dans leur région avec mon camion, je leur ai proposé de les rencontrer en tout bien tout honneur histoire de faire connaissance puis de parler un peu de nos passions.

Lors de nos échanges autour d’une bouteille de champagne, ils m’ont demandé si j’avais déjà essayé la couche dans mes jeux. Du tac au tac, je leur ai demandé s’ils avaient déjà été fessés par un étranger. La complicité s’installant entre nous, l’idée est venue de nous défier amicalement ce qui nous emmena à faire un parie sur ce qu’il se passerait après le repas. Allez t’ils prendre une fessée ou allais-je devoir mettre une couche ?

Franck est un gros joueur, les défis l’amusent follement contrairement à sa femme Karine qui est plus réservée bien que sacrément coquine. C’est finalement lui qui a lancé le défi sur une partie d’échec, un jeu que j’affectionne. S’il perdait, je les fessais tous les deux, s’il gagnait, je devrais découvrir l’ABDL à leur façon.

- Si tu perds chéri, attend-toi à ce que je fesse aussi et cette fessée, tu t’en souviendras ! Lui dit Karine quand il a sorti le jeu d’échec.

La partie ne pouvant durer des heures, nous avons décidé de limiter le temps de réflexion à une minute par coup sur le jeu d’échec. En grand provocateur, lorsque la partie a débuté, je leur ai conseillé de préparer leurs fesses, Karine me répondit au tac au tac, « si je m’occupe des tiennes, tu t’en souviendras ». Cet enfoiré de Franck a roqué, une stratégie que je n’avais pas prévue. Du coup mon attaque sur son roi n’avait plus aucun sens, sa tour menaçait mon cavalier ou ma tour. En une dizaine de coup j’étais mat ! L’enfoiré, adieu les petites fessées que j’aurai bien donné à l’un comme à l’autre car je fesse aussi bien les hommes que les femmes, même si évidement, j’ai une préférence pour les dames.

Karine était plié de rire à ma mine déconfite, Franck en rajoutait en disant « c’est pour qui la cou-couche » ? Avec beaucoup de gentillesse, il m’a offert un bon whisky pour me donner du courage avant de m’inviter à m’allonger nu sur le canapé pour que sa femme s’occupe de moi. Elle revint avec une grande serviette à mettre sous mes fesses et son matériel d’ABDL. J’ai eu droit à la totale ! Le lait de bébé, le talc la couche et même une culotte en plastique rose d’ABCplaisir.com !

« Avec ma couche et une culotte en plastique j’avais l’air d’un con ma mère, avec ma couche et une culotte en plastique j’avais l’air d’un con » !

Chers lecteur ABDL ne voyez aucune agression de ma part ni critique avec cette parodie, disons que je n’étais pas à l’aise du tout ! Cet enfoiré de Franck est aller chercher une grenouillère pour adulte et me l’a faite enfiler en me disant que Karine allait avoir une surprise pour moi. Il insista sur le fait qu’avec l’alcool consommé, je ne pouvais pas prendre la route et que je devais dormir chez eux.

 

Grenouillere_adulte_grise_cadenas_2.jpg

 

Grenouillère pour adulte

 

La belle a compris après-coup et s’en est follement amusée en nous abandonnant un instant. Deux minutes plus tard, elle revint avec un cadenas qu’elle posa aux anneaux de la grenouillère pour adulte en bloquant également la fermeture éclair. Nous avons pris un dernier verre et sommes allées nous coucher non sans quelques quolibets à mon encontre du type, « bonne nuit bébé » ou pire « ne fais pas pipi au lit »….. .

Vers 2 heures du matin, une furieuse envie de faire pipi m’a réveillé. Par réflexe je me suis assis au bord du lit pour me lever avant de reprendre mes esprits. Heu ? Que faire, déchirer la grenouillère d’ABCplaisir.com ? Impensable, je ne pouvais pas faire ça à des gens aussi gentils ! Les réveiller ? L’idée me dérangeait fortement surtout que je n’étais pas convaincu qu’ils acceptent de me libérer pour que j’aille aux toilettes……. Je me suis donc recouché en pensant pouvoir tenir jusqu’au petit matin mais il me fut impossible de retrouver le sommeil.

A force de négociations entre ma vessie et ma raison, à savoir la propreté, j’ai fini par me dire que j’allais faire un petit pipi dans la couche histoire de soulager un peu la vessie. Par peur de tremper le lit de leur chambre d’amis, je me suis levé pour faire. Impossible ! Impossible j’en mourrais d’envie mais je n’y arrivais pas. Je me suis recouché, puis à nouveau levé un moment plus tard et là, j’ai fini par y parvenir avec un petit pipi bien plus gros que prévu ! Je m’attendais à baigner dans mon urine, il n’en fut rien. J’ai bien senti une chaleur envahir mon bas ventre mais sans plus. Du coup, j’ai libéré ma vessie ce qui généra en moi de sensations bizarre.

L’érection du matin m’a posé un souci ! Comme beaucoup d’homme, le matin Popaul nous montre les étoiles, sauf que le mien était coincé entre mes jambes par la couche. Cela est perturbant et à la fois excitant. Me caresser à travers la grenouillère et la couche, ne fit pas grand-chose hormis augmenter mon excitation et donc la tension « du bas ». Un second pipi a eu raison de l’érection matinale avant que je retrouve le sommeil.

Vers 7 heures, je me suis levé pour aller prendre un café à défaut d’aller aux toilettes… Karine prenait son petit déjeuner dans la cuisine et me dit bonjour le plus naturellement du monde alors que j’étais très gêné. Que j’ai mouillé ma couche ou pas, elle s’en moquait éperdument. Deux tartines plus tard, elle m’a donné les clés du cadenas de ma grenouillère pour adulte en m’indiquant la salle de bain. Tout penaud, j’ai récupéré mes vêtements avant de « m’enfuir » pour une douche bien méritée.

EPILOGUE

Je ne regrette finalement pas cette expérience, elle m’a permis de commencer à comprendre les sensations que peuvent avoir les ABDL et surtout de découvrir le confort des grenouillères pour adultes.

Ecrivaillon

 

Acheter une grenouillère pour adulte

Faire des rencontres ABDL

Forum ABDL

Chat webcam faites voir vos grenouillères et couche en webcam

Par TSM - Publié dans : Histoire - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 24 mars 2014 1 24 /03 /Mars /2014 11:53

Piégé en gigoteuse adulte sac de bondage par une nurse en colère.



Piege_en_gigoteuse_adulte_sac_de_bondage_par_une_nurse.jpg
Depuis des années, soumis Louis fantasme sur le bondage, la cage de chasteté puis sur les contraintes que pourrait lui imposer une Maîtresse. Ses attirances l’ont conduit à acheter une cage de chasteté mais avoir la clé de sa cage quand on est célibataire n’est pas très grisant. Il a toutefois réalisé les défis organisés par Fessestivites et Maîtresse Alysé qui gère parfois les cages de chasteté de quelques membres du réseau. Il fera d’ailleurs le prochain défi chasteté du 31 mars 2014.

Sur le chat webcam de Fessestivites, il est entré en contact avec une nurse un peu sévère, soumis Louis n’est pas ABDL mais pour être dominé il est prêt à tout.

Lorsque la boutique ABCplaisir a lancé une gamme de gigoteuse pour adulte équipée d’anneaux pour des cadenas puis des moufles ABDL assorties également équipées d’anneaux et chaînettes pour des cadenas, il n’a pu résister à la tentation de se les offrir. S’il est parvenu à se faire un selfbondage dans cette gigoteuse pour adulte et a galéré deux heures pour s’en libérer. L’absence d’une Maîtresse lui pèse énormément. Lors des échanges sur le chat de Fessestivites, il parvient à obtenir une rencontre avec Nurse Mam en lui parlant de cette gigoteuse qu’il pourrait emmener pour lui faire voir.

La rencontre ne devait durer deux heures……………

La rencontre ne devait durer que deux heures mais soumis Louis s’y est très mal pris avec Nurse Mam n’ayant pas apprécié du tout qu’il essaye de négocier ses services en la prenant pour une professionnelle à qui on s’imagine pouvoir dire « je veux ». Elle s’est même sentie pousser des ailes de Maîtresse sadique et perverse en l’écoutant parler. Le recadrage fut à la hauteur du caractère de Nurse Mam, carré, expéditif et punitif. Soumis Louis s’est retrouvé sur ses genoux pour une fessée maison qui s’est terminée au paddle. Le cul en feu après la fessée et mis au coin comme un gamin, il n’en menait par large quand Nurse Mam lui demanda ses disponibilités pour le soir même. Il lui répondit qu’il était libre comme l’air et en RTT et le week-end.

Soumis Louis ayant emmené comme convenu sa gigoteuse et ses moufles, Nurse Mam entreprit de les regarder de près et les trouva superbes. Elle annonça à Louis sans lui demander son avis qu’il allait y passer quelques heures et en couche. Il essaya bien de négocier pour éviter la couche mais on ne négocie pas avec Nurse Mam quand elle est en colère. Il en eut une grosse avec deux inserts, trois suppositoires à la glycérine sans savoir ce qu’elle mettait dans ses fesses et même une culotte en plastique. Rouge de honte, il faut conduit par l’oreille dans une petite chambre où elle jeta la gigoteuse sur le lit en lui ordonnant de se glisser à l’intérieur. Elle lui posa les moufles qu’elle cadenassa serrées pour qu’il ne puisse les retirer.



Piege_en_gigoteuse_adulte_sac_de_bondage_par_une_nurse_2.jpg
Prévoyante, Nurse mam lui posa une cagoule en polaire qui ne permit pas à soumis Louis roi de l’évasion de ses selfbondages de voir ce qu’elle lui préparait. Elle rajouta une chaîne sous les bras de Louis puis des sangles tout autour de la gigoteuse. Une fois entravé, il n’était plus capable d’écarter les jambes ni les bras de son corps.

- Tu voulais du bondage, être entravé et découvrir ce qu’est une réelle contrainte avec une Maîtresse ? Et bien tu vas le découvrir avec la Nurse que tu as vexé mufle.

Avant même que soumis Louis n’ait le temps d’essayer de formuler des excuses, Nurse Mam avait quitté la chambre et fermé la porte. La première heure, il se fit quelques films érotiques dans sa tête au point de bander comme un taureau mais avec le sexe maintenu entre ses jambes par la couche, il découvrir aussi une autre forme de contrainte. Une heure plus tard, l’envie d’uriner le taraudant, il appela Nurse Mam mais en vain et il du se contenir. L’envie pressante fut rapidement rattrapée par une envie d’aller à la scelle ce qui le perturba au plus haut point comme l’on peut s’en douter. Les fesses ultra serrées, il dut se résoudre à vider sa vessie avec une attention particulière sur son anus contracté.

Trois heures plus tard, Nurse Mam fit irruption dans la chambre avec un biberon à la main. Elle fut accueillie par des tonnes de jérémiades et de multiples requêtes de libération. En guise de réponse, Nurse Mam monta sur le lit, enjamba Louis et posa son fessier généreux sur le ventre du soumis entravé qui crut s’étouffer sous la surprise. A grands coups de fessier sur son ventre, il ouvrit la bouche comme demandé et absorba le contenu du biberon de lait contenant un laxatif, un somnifère et un décontractant. En manque de tabac il essaya de négocier le droit de fumer une cigarette, elle lui répondit qu’un bébé ne fume pas, avant d’entreprendre un cours de politesse.

Louis dut se résoudre à répéter les phrases demandées du type, « s’il vous plait madame », « merci madame », « pourrais-je avoir s’il vous plait » suivi d’un volume d’information descendantes du même style sur la façon de parler aux dames. Lorsqu’il s’aperçut qu’elle allait à nouveau quitter la chambre et le laisser là, il la supplia et, devant l’absence de réponse se laissa emporter par la colère et l’insulta. Nurse Mam fit demi-tour, lui retira la cagoule pour lui donner une paire de gifles monumentales à décorner un boeuf.

- Répète pour voir ce que tu viens de dire ? Lui demanda Nurse Mam en levant la main.

Louis s’excusa platement et essaya à nouveau de négocier mais en vain. Nurse Mam lui rappela qu’il avait accepté de rester pour qu’elle le domine à sa façon. Elle lui rappela également tous ses manques de respect justifiant entre autre sa punition avant de sortir de la chambre en laissant le soumis désespéré. Lorsqu’elle revint le voir deux heures plus tard, Louis dormait à poings fermés comme un bébé. Il eut beaucoup de difficultés à se réveiller et, dans un état comateux, prit le gros biberon sans même discuter. Etendue contre lui sur le lit pendant qu’il tétait, Nurse Mam lui parla avec douceur et caressa son visage avec beaucoup de douceur. Cette douceur fit fondre Louis de bonheur, ses neurones embrumés ne lui permettant plus vraiment de discerner les choses.

Agrémenté d’un second somnifère le biberon fut assez rapidement terminé, Nurse Mam lui mit dans la bouche une grosse sucette maintenue avec un bandeau élastique avant de quitter la chambre. S’il aurait pu la rejeter, Louis n’en fit rien et se mit à téter en se pissant dessus avec plus de facilité que la première fois ce qui lui valut des fuites anales. Sa nuit fut paisible jusqu’au petit matin où des crampes dans le ventre le réveillèrent. Malgré ses efforts désespérés, il finit par se vider dans ses couches en pleurant comme un bébé.

8 HEURES

Nurse Mam entra dans la chambre accompagnée de son mari, bâti comme un docker. Elle retira les moufles des mains de Louis à moitié dans les vapes, l’aida à sortir ses bras de la gigoteuse avant de poser une paire de menottes sur ses poignets. Totalement libéré des autres entraves, il put tant bien que mal se mettre debout pour être conduit dans une douche spéciale où il fut entravé mains en l’air pour y être décrassé au jet d’eau. Nurse Mam le sécha comme le ferait une maman avec son enfant, (hormis les menottes) avant de le guider dans sa nurserie pour le langer et le mettre en grenouillère pour la mâtiné qu’il passa menotté dans un parc à bébé sans même discuter. Il but un biberon cette fois « conventionnel » et prolongea sa nuit.

12 HEURES

Louis avait repris tous ces esprits mais accepta sans rechigner de prendre un autre biberon. Etant devenu sage, il eut le droit de fumer une cigarette, un moment magique pour lui n’ayant pas fumé depuis 14 heures le jour d’avant.

- Est-ce que tu te sens de conduire pour repartir ?

- Je crois que oui Madame. Répondit Louis cette fois avec politesse. Est-ce que vous me libérez ?

- Oui, mais tu n’as jamais été mon prisonnier, juste un soumis désirant vivre une aventure en soumission, n’est-ce pas ce que tu m’avais demandé ?

- Oui madame, mais je n’avais pas vu les choses comme ça.

- Disons que si tu avais été plus poli et surtout plus respectueux de ma personne, j’aurais fonctionné autrement mais tu méritais une bonne leçon.

EPILOGUE

Nurse Mam a estimé qu’il était plus prudent que Louis déjeune avec eux avant de prendre la route, le repas fut enrichissant en termes de discussions et d’échange. Pour remercier Nurse Mam et essayer de se faire pardonner il lui offrit la gigoteuse et les moufles de son calvaire. Elle accepta à condition qu’il revienne au moins une fois, chose qu’il fit la semaine suivante en arrivant pour lui faire plaisir en couche sous ses vêtements.

TSM

Voir les vidéos ABDL

Rencontres ABDL

Boutique avec des produits pour ABDL

Chat webcam ABDL

Forum ABDL


Piege_en_gigoteuse_adulte_sac_de_bondage_par_une_nurse_3.jpg

Par TSM - Publié dans : Histoire - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 21 mars 2014 5 21 /03 /Mars /2014 11:53

Nouvelles gigoteuses turbulettes adulte


gigoteuse_turbulette_adulte_5.jpg



Les nouvelles gigoteuses appelées également turbulettes ou nids d'ange pour adultes font leur apparition sur www.ABCplaisir.com

Elles sont avec ou sans manche, avec des tailles au choix, il est même possible d'obtenir (sur devis) de très grandes tailles.

Les 3 premiers modèles de tissu en coton sont molletonnés pour le confort, la chaleur et l’épaisseur (1 tissus + molleton + 1 tissus cousus ensembles) le biais et évidement assorti à la couleur choisie.

Fabrication française artisanale

Pour les adeptes de """"contraintes"""" elles sont équipées d'anneaux pour y poser un cadenas permettant d'imposer une durée de couchage ou de port de couche.


gigoteuse_turbulette_adulte_3.jpg

Par TSM - Publié dans : Vécu et bien réel - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 mars 2014 5 14 /03 /Mars /2014 10:18
Par TSM - Publié dans : Vécu et bien réel - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Texte

Créer un Blog

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés