Histoire

Dimanche 13 mars 2016 7 13 /03 /Mars /2016 17:21

Concours_Histoires_Erotiques_2016.jpg

Concours d’histoires érotiques printemps 2016

.

THEME LIBRE : fessée, libertinage, ABDL, fétichiste, BDSM, autre....

260 euros de lots à se partager

Premier prix offert par Fessestivites.com

Un paddle collector de Fessestivites (2 pièces dans le monde) d’une valeur de 145 euros. Matière 100% cuir Longueur 45cm largeur 6,5 cm épaisseur 8 cm. Ce n’est pas un simple jouet, il peut laisser de sacrés souvenirs.....

Deuxième prix offert par www.ABC-charme.com

Un bon d’achat de 50 euros sur la boutique www.ABC-charme.com

Troisième prix offert par www.ABCplaisir.com

Un bon d’achat de 40 euros sur la boutique www.ABCplaisir.com

Quatrième prix offert par Fessestivites.com

Un lecteur MP3 MP4 de 64 GB offert par ABCplaisir.com. Vous pourrez écouter la musique, regarder un film, écouter FM radio, voir des photos, lire des ebooks. Compatible avec les formats de musique: MP3.MP4. WMA. WMV, ASF WAV DMA, mais également compatible en vidéo avec WMV, MPG, MPEG I, MEG II, et d'avi à AMV (logiciel inclus) Il peut convertir JPEG, GIF, SWF fichiers image ou bien aux dossiers de PIC pour être consultés par MTV.  Soutien ID3 affichage des paroles en rythme avec la chanson. Il offre 7 types de paramètres de l'égaliseur: Normal, Jazz, Pop, Classique, Rock, Soft, DBB + album électronique, support format JPG photo  + E-book fonction + Jeux 

REGLEMENT

 

- Les histoires doivent être adressées par email au webmaster ici contact@fessestivites.com avec le mot CONCOURS dans le titre. (Titre + le mot concours) Le webmaster indiquera le pseudo des auteurs dans chaque publication avec le résumé, + le titre + des options de vote.

- Les auteurs doivent rédiger un petit résumé attractif de leurs histoires en début de page.

- Date de fin du dépôt des histoires érotiques : le 30 avril 2016 (Au plus tôt vous posterez, au plus tôt vous aurez des votes, au plus tôt vous aurez de chances de gagner).

- L’adresse email où adresser les histoires avant le 30 avril 2016 est contact@fessestivites.com

- Les histoires doivent être en français

- Les histoires doivent faire au minimum une page word ou équivalent.

- Ce concours est sans obligation d'achat d'abonnement.

- Mineur et scato strictement interdit dans ces histoires.

- Les histoires ne seront pas corrigées avant publication.

- Vous pouvez mettre le lien de votre blog à la fin de votre histoire et joindre une photo sans copyright.

 

COMMENT SERONT NOTEES LES HISTOIRES ET QUI VOTE ?

Les histoires seront postées dans le forum par le webmaster qui créera un sondage par texte adressé. Les membres pourront voter une seule fois par texte avec les propositions ci-dessous.

  • Note 18 : Candidat au prochain prix Goncourt
  • Note 15: Félicitations
  • Note 13 : Encouragement
  • Note 10 : Encore un petit effort
  • Non notée : Cette histoire n’entre pas dans mes trips, préférences.............

Faites-vous connaître et faites-nous vibrer par vos plus beaux écrits et bonne chance à tous pour ce concours d'écriture d'histoires érotiques.

L’adresse email où adresser les histoires + votre résumé avant le 30 avril 2016 est : contact@fessestivites.com

Par TSM - Publié dans : Histoire - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 mars 2016 2 01 /03 /Mars /2016 12:16

Un lavement pour un vilain bébé adulte

Comme presque chaque vendredi, j'arrivai vers les 18h30 chez nurse Philippa pour y passer la nuit. Le rituel était bien connu. A partir du moment où je franchissais la porte je devenais un petit de deux ans à peine, je n'avais plus le droit de parler adulte, seuls quelques mots étaient autorisés : manger, faim, pipi, caca, mal au ventre, jouer...

Immédiatement je devais me préparer pour le bain du soir. Mes vêtements me seraient rendus le samedi en fin de matinée. Pendant que je me déshabillais, ma nurse faisait couler le bain, juste une dizaine de centimètres pour barboter, et tout de suite entreprenait de me laver comme on le fait pour les bébés. Pas un recoin n'était épargné par l'éponge, surtout le zizi. Elle m'expliquait l'importance de l'hygiène et se faisant finissait par me faire bander. C'était le signal immédiat de la fin du bain !

Après m'avoir copieusement talqué et mis de l'eau qui sent bon, en particulier sur le zizi, ce qui me provoquait irrémédiablement une nouvelle érection, elle me demandait de l'allonger sur le lit pour me mettre un change complet spécial nuit, plus une couche droite pour mieux me protéger. Là dessus, elle me passait ma culotte carreau rose vichy et un body fermé à l'entrejambe pour couronner le tout.

C'était alors l'heure du repas : assis sur la chaîne haute avec mon bavoir pour protéger le beau body aux motifs ornés de dauphins, j'avais le droit à un vrai repas de bébé : petits pots de légume et poisson ou blédine, suivi d'un petit pot de compote pomme-poire et le tout arrosé d'un grand biberon d'eau. Généralement je n'étais pas sage, et avec les mains, je jouerais avec la cuillère renversant une partie de son contenu : mécontante cela se finissait toujours par le fait qu'elle m'attachait les mains derrière le dos et elle me promettait une bonne fessée avant le dodo. Ce n'était pas pour me déplaire !

Ce vendredi là j'avais décidé de la fâcher un peu plus. Comme je ne pouvais plus utiliser mes mains, je décidais de me laisser remplir la bouche avec cette horreur de limande-épinard et tout recracher d'un coup. Il y en avait plein la cuisine.

Quelle ne fut pas ma surprise. Elle ne dit rien mais le repas s'arrêta aussitôt. Mais au lieu de me détacher les mains comme d'habitude, elle m'amena directement dans la chambre à coucher et bizarrement me déshabilla. Alors elle prit mes deux chevilles, les remonta au niveau des épaules, attacha-le tout aux barreaux du lit cage et partit. J'étais inquiet, n'étais-je pas allé trop loin ?

Quelques minutes plus tard, elle revint avec un broc comme on en utilise pour faire des lavements, mais aussi avec un truc bizarre en caoutchouc comportant deux poires comme celles que les médecins ont pour prendre la tension.

- Tu as été très vilain ce soir et j'ai décidé de te punir autrement qu'avec une fessée puisque tu sembles aimer cela. Tu vas avoir un lavement et je te promets que tu vas t'en souvenir. L'instrument que tu vois s'appelle un double-bardex, il est fait pour que tu évites d'en mettre partout comme ce soir.

A l'aide d'une crème elle me lubrifia le trou des fesses et enfila le "bardex" qu'elle se mit à gonfler dans mon colon. Elle relia le tuyau du broc et ouvrit le robinet.

- Tu vas voir, au début ce n'est pas désagréable, mais au bout d'un litre, tu vas changer d'avis. Il y a deux litres d'eau chaude mélangée avec du savon de Marseille, je te laisse...

Quelques minutes après les premières crampes se faisaient cruellement sentir et je regardais avec effroi le niveau de l'eau diminuer trop lentement pour que la suite puisse ma rassurer.

De manière instinctive, je tentais de pousser pour expulser tout cela. Rien à faire, le Bardex jouait pleinement son rôle. Pas une goutte ne sortait de mon intestin. Après dix minutes, elle revint et détacha le flexible du broc du Bardex mais laissa le Bardex en place. Elle me remit couche et culotte en plastique, déplia mes jambes, laissa mes mains attachées aux barreaux et ferma la lumière. Je souffrais de crampes, j'avais envie d'aller aux toilettes, j'en avais mal au cœur. Je criais qu'elle me laisse aller faire mes besoins mais elle fit, je suppose, semblant de ne rien entendre. Mes hauts le coeur se faisaient plus puissants.

Après un bon quart d'heure elle me détacha, me déshabilla et me mis sur le pot pendant deux minutes. Je devais vider tout ce que je pouvais car ensuite ce serait trop tard ! Quel soulagement, deux crampes me firent expulser cette satanée eau, je pensais en avoir fini.

Immédiatement, elle me remit mes couches, doubla la culotte en plastique, me remit au lit et ferma de nouveau la lumière. Je ne devais la revoir que le lendemain.

Après dix minutes, les crampes reprirent de plus belle mais je n'avais rien pour empêcher d'expulser. C'est donc honteux que je fis pour la première fois un gros caca dans la couche.

Cela dura encore une demi-heure avant que tout se calme. J'étais sale et je savais que ma couche ne serait pas changée avant le lendemain matin. De manière curieuse j'aimais cela, sentir cette masse sur mon derrière. Seule l'odeur était pénible.

J'ai eu évidemment beaucoup de mal à m'endormir, mais finalement c'est bien Philippa qui me réveilla le lendemain. J'ai du prendre mon grand biberon de lait dans cet état, avant qu'un bain salvateur ne me rendit à mon était d'origine.

Ah oui, j'avais oublié, le plus dur fut de laver moi-même la culotte en plastique qui avait bien protégé le débordement de la couche.

Faire des rencontres ABDL

Voir des vidéos ABDL

Photos et histoires érotiques ABDL

Forum ABDL

Boutique ABDL

Par TSM - Publié dans : Histoire - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 28 novembre 2015 6 28 /11 /Nov /2015 19:45

Un drame et l’incontinence peuvent tout changer

Je_t_aime.jpg


- Tu es malade, ton futur est très incertain, nous nous entendons bien, et si nous nous mettions en couple ?


- Mais tu es fou ou quoi ? Cette saloperie de cancer me ronge, je deviens incontinente au point que je ne peux plus sortir sans des protections et toi tu veux vivre avec moi. Tu as pété un câble ou quoi ? Tu es un me givré, un enfoiré de première et tu me déçois au point que j’ai envie de te gifler. Je ne sais pas si je vais crever cette année et toi tu penses à baiser !!!!!!!


- STOP arrête, tu n’as rien compris ! MERDE qui te parle de cul ! Si tu veux que je parte je partirai mais il faut au moins que tu m’accordes trois minutes de ton attention sans crier, après tu décideras.


- Si c’est pour me sortir des excuses à deux balles ce n’est pas la peine. Va t’en. Crie Lucie folle de rage.


- Non, je t’aime et tu le sais, je t’ai toujours soutenue et plus encore maintenant alors ou tu m’écoutes ou je vais finir moi aussi par énerver !

- .......

- Je vais te faire des confidences qui vont te surprendre. Si tu ne me crois pas, je te ferai voir des photos, la seule chose que je te demanderai si tu décides vraiment de me virer, c’est de garder mon secret.


- Dit toujours. Vide ton sac.


- Oh mon sac contient du bonheur et un grand malheur. Aujourd’hui ta maladie en est un second car je t’aime et je donnerai ma vie si cela pouvait sauver la tienne. Je suis vieux, je serai à la retraite dans deux ans, tu es encore jeune, un vieux pour une jeune, ce serait bien non.


- Quarante cinq ans, ce n’est quand même plus très jeune. Je sens que tu me caches quelque chose, c’est quoi ? Demande Lucie soudain plus calme à la vue des larmes qui coulent sur les joues de Paul.


- Tu me promets de m’écouter jusqu’au bout sans me couper ?


- Oui !


- Voilà, c’est très gênant mais je vais tout te dire. Je suis ABDL, sais-tu ce que c’est ?

- Aucune idée.


- Il y a des personnes qui apprécient de s’abandonner, de lâcher prise dans la régression, de jouer un rôle comme si elles étaient de grands bébés adultes. C’est ce que l’on appelle, des AB, Adult baby. Ensuite il y a des personnes qui aiment la douceur des couches, qui en ont fait leur fétichisme, c’est ce que l’on appelle des DL, en anglais diaper lover.


- Si cela leur plait de jouer avec des couches, grand bien leur fasse, moi je n’ai pas le choix.


- J’ai déjà eu une femme bébé adulte, c’était magique, malheureusement, elle nous a quitté. J’étais heureux, mon plaisir était de m’occuper d’elle, de la choyer, nous nous éclations tous les deux et moi aussi, parfois je mettais des couches. On délirait ensembles, ce n’était que de l’amour. Nous étions heureux, notre amour était asexuel même s’il nous est arrivé de coucher ensemble quand l’envie nous prenait. C’était assez rare mais toujours fusionnel comme cela arrive parfois entre un homme et une femme qui s’aiment.


- Tu me surprends ! Je ne m’attendais pas à ça.


- Et oui, l’Amour avec un grand A et les fétichismes font parfois bon ménage. Moi j’aime m’occuper des autres comme tu as pu le constater. Je me sens utile, étant sans enfant puisque je suis stérile, je lui ai donné de l’amour autrement un peu comme si j’étais son père, sauf bien sûr, quand nos corps s’enlaçaient pour répondre à nos envies fusionnelles.


- Et qu’est-il arrivé à cette femme si je ne suis pas indiscrète ?


- Elle nous a quitté parce qu’elle s’est endormie au volant de ma voiture. Nous avons fait trois tonneaux et croisé un arbre. Je m’en suis sorti après six mois d’hôpital elle non.


- Je suis désolée. Pardonne ma colère de tout à l’heure. Je me sens si mal et j’ai si peur.


- Je sais tout cela et tu es pardonnée, mais si tu me le permets, j’aimerai continuer de t’expliquer mon idée, mes envies.


- Je t’écoute.


- Nous allons commencer par ce que j’éprouve pour toi. Je t’aime, j’aimerai que tu sois ma femme. Nous attendrons que tu sois guérie si tu le désires mais j’aimerai te demander en mariage. J’aimerai tant que tu me laisses aussi m’occuper de toi, que tu me laisses te choyer, te donner tout cet amour que j’éprouve pour toi. Tes couches et tes soucis d’incontinence, je m’en tape, tu sais maintenant pourquoi.


- Mes couches, je peux les changer toutes seules, je n’ai besoin de personne.


- Oh je n’en doute pas un instant, sauf que me laisser te faire un petit bisou de temps en temps, partager tes soucis avec moi qui n’ai aucun regard négatif ne peut que t’apporter du réconfort. Le moral est une chose très importante dans la thérapie, dans la lutte contre le crabe, si on est deux face à lui nous serons plus forts.


- J’ai besoin de réfléchir, ce que tu viens de me dire me perturbe tout comme ta demande en mariage. Je t’aime aussi mais en ce moment, tu comprends que je n’ai pas la tête à ça.


- Oui bébé !


- Moque-toi de moi idiot ! Lui répond Lucie en larmes en lui tendant les bras.

- La détresse n’est pas facile. On ne se reconnaît plus. On se pose beaucoup de questions. C’est important de ne pas s’isoler là-dedans. Ce n’est pas de moi, c’est de Montréal. Laisse-moi t’aimer plus encore et t’aider. S’il te plait.


- Je t’aime idiot ! Lui répond Lucie en l’embrassant pour la première fois.

 

Un mois plus tard, Lucie intègre la maison de Paul à titre provisoire, plutôt que de faire des trajets pour se voir, ils ont décidé que pendant sa thérapie, se rapprocher serait mieux, surtout que Paul habite à dix minutes de l’hôpital. Ils font chambre à part mais partagent beaucoup de choses et beaucoup d’amour. L’accident arrive bêtement après une séance de chimio de Lucie. Épuisée, elle glisse en sortant de la baignoire et se casse le bras. Rien de grave en soit, mais la situation devient compliquée pour Lucie, mettre seule ses protections devient difficile.


Le fait qu’il lui ait fait voir les photos de son ex-femme en bébé adulte, photos commentées avec beaucoup d’amour et parfois des larmes, permet à Lucie de sauter le pas. Sa dernière protection étant tombée dans le jardin en même temps que son string, elle se résout à lui demander de l’aide. L’acte de faire un change commence par un gros bisou et un câlin, lovés l’un contre l’autre ils se font des papouilles. Leurs yeux sont mouillés, d’émotion.


Paul est alors très prévoyant, il ne fait pas cela dans sa chambre mais dans celle de Lucie. Il a tout prévu, les lingettes, le talc, la grande serviette et un petit sac pour mettre la couche usagée. Ses gestes sont ultra attentionnés, comme paternels avec absolument rien de déplacé. La surprise arrive avec une proposition inattendue de Paul. « Si tu l’acceptes, je te mettrait bien une culotte en plastique, elle sécuriserait le change et tu seras plus tranquille ».


Lucie accepte, au point ou elle en est, sa gêne ne peut pas être plus grande. Il l’abandonne un instant et revient en s’excusant, les seules culottes plastique qu’il a sont celles de Marilyne et elles ont toutes des motifs enfantins. Il la lui met en détournant son attention comme si le menu du soir devenait une priorité de vie. Lucie n’est pas dupe mais répond comme si elle n’avait pas compris. Le gros bisous suivant se fait naturellement lorsqu’il l’aide à se lever. A peine debout, leurs lèvres sont comme aimantées, enlacés ils fusionnent un instant dans ce chaste bisou d’amour.


« Bébé a faim » ! Dit Lucie en rigolant, Paul fond en larmes aussitôt. Très gênée elle se confond en excuses mais il l’a rassure. Elle n’a pas fait d’imper, bien au contraire, avec cette expression humoristique elle vient de le combler de bonheur. Cette fois et sans lui demander son accord, il la couvre de bisous en lui disant « merci » entre chaque bisou.


Ce soir là, ils décident de dormir ensembles, dormir uniquement cela va de soit, enfin presque car leurs lèvres n’arrêtent pas de se croiser, allez donc savoir pourquoi.

Au milieu de la nuit, Lucie eut besoin d’aller aux toilettes, Paul se fit plus entreprenant en lui disant « tu as une couche, profites-en pour ne pas te lever, promis, je te la change demain ». C’est donc accompagnée de câlins et petits bisous doux que Lucie fit son premier pipi couche au lit et découvre que cela n’est pas si désagréable que ça quand c’est volontaire.


Le lendemain, Paul s’occupe d’elle comme la veille, sans aucun geste déplacé. Par contre il lui fait une surprise de taille T avec un carton livré chez lui mais dont elle est la destinataire. Très surprise de recevoir un colis, elle se fait aider pour l’ouvrir et découvre une superbe robe de soirée de chez ABCcharme.com

Robe_de_charme_06.jpgABCcharme.com

- Mais c’est quoi, ça, je n’ai rien commandé ! Indique Lucie furieuse.

- Je sais mais moi oui, ce sera la robe que tu porteras lorsque nous irons au restaurent samedi prochain. Elle est magnifique et masquera la couche sans problème.

- Je te hais ! Lui répondit Lucie en l’embrassant.

....................................

Deux mois plus tard, la chimio presque terminée, les résultats semblent annoncer une réminiscence importante de son cancer. Les soirées deviennent celles d’un couple normal sans souci de santé, avec une variable près, Lucie s’est totalement abandonnée entre les mains de son « papa » d’adoption. Elle a finalement pris goût au pipi couche, le côté incontinence fécale ayant disparu, elle peut se laisser aller aux plaisirs multiples de la régression volontaire. Sans tomber dans le monde du bébé ni des jouets, elle n’a rien contre un biberon de chocolat chaud et quelques papouilles après avoir été changée.


Paul lui a offert une grenouillère de chez ABCplaisir.com un vêtement qu’elle apprécie de plus en plus pour sa douceur et, étant frileuse de nature, pour son confort.

Lucie n’a quasiment plus de fuite urinaire mais par amour pour son deuxième papa si généreux d’âme, elle continue de porter des changes complet de chez Bed wet qui l'a tant aidée. Six mois plus tard, Lucie et Paul convolent en juste noce, elle est guérie et devenue AB et DL par amour mais aussi par plaisir.


Ecrivailon

Par TSM - Publié dans : Histoire - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 22 octobre 2015 4 22 /10 /Oct /2015 14:44

Halloween ABDL le piège

Halloween est le prétexte pour sortir déguisé et s’amuser. Un médecin va piéger sa femme infirmière sous divers prétexte et la faire sortir avec une couche sous ses vêtements.

Au dernier moment il la conduit dans la salle de bain pour faire un petit selfie et la menotte pour l’obliger à faire pipi dans sa couche. En plein délire, il utilise même son stéthoscope pour l’écouter uriner. Sa femme étant également sa soumise, il l’oblige à se rendre à la soirée Halloween de l’hôpital en couche.


Halloween_ABDL_0.jpg

Halloween_ABDL_1.jpg

Halloween_ABDL_2.jpg

Halloween_ABDL_3.jpg

Halloween_ABDL_4.jpg

Halloween_ABDL_5.jpg

Halloween_ABDL_6.jpg 

Halloween_ABDL_7.jpg


Halloween_ABDL_9.jpg

 

La vidéo est sur Diaperjoy et Fessestivites

 

Rencontre ABDL

Forum ABDL

Vidéos ABDL

Boutique ABDL

Par TSM - Publié dans : Histoire - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 10 mai 2015 7 10 /05 /Mai /2015 09:17

Réinsertion musclée et troublante

Prologue

Un roman à rebondissement multiples avec de la fessée, de l'ABDL, du plaisir saphique mais également bien d'autres surprises qui ne devraient pas laisser le lecteur de marbre de par les multiples contraintes. Vous allez être plongé dans une histoire en milieux carcéral qui chamboule les préjugés.

Reinsertion_musclee_et_troublante_.jpg

.......................................

Sabine est le profil type des jeunes filles de la délinquance juvénile, elle a toujours été une rebelle en perdition. Au niveau de ses études, disons plutôt de sa scolarité, c'est un échec total, à 18 ans son niveau scolaire n'est même pas celui de la sixième. Ce qu'elle a oublié, c'est que qu'à 18 ans, vis-à-vis de la loi toute personne est civilement responsable de ses actes. C'est ce que lui rappelle le juge du tribunal lorsqu'il lui annonce qu'elle est condamnée.

Il lui propose deux choix, une année d'incarcération au centre de réinsertion avec remise à niveau ou cinq ans de prison ferme. Cette proposition il ne l'a fait pas à tous les délinquants mais parce qu'à la lecture du dossier familial de cette jeune fille dont le père a l c o o l i q u e est décédé après avoir pendant des années battu sa femme et sa progéniture. La mère pour s'en sortir et nourrir sa famille a fini par faire le tapin, comment grandir correctement dans un tel milieu ?

Entre un an et cinq ans de prison, Sabine en larme n'hésite pas un instant, elle veut s'en sortir et retrouver sa liberté le plus vite possible quoi qu'il lui propose. La teuf lui manque déjà tellement après deux mois de préventive. Son incarcération définitive se fera donc au centre appelé "Le château des anges déchus"

.......................................

Lors de son incarcération au centre, Sabine est prise en charge dès sa sortie du fourgon de police par une équipe musclée et rompue à l'arrivée de filles révoltées, ou cassées par la vie. Mises en rang, les huit filles se doivent d'écouter le "discours de bienvenue" de Max, le directeur du centre.

 

- Mesdames, mesdemoiselles je vous souhaite la bienvenue au centre. Je vous souhaite également de profiter de cette opportunité que vous a accordée le juge pour vous aider et de vous en sortir. Sachez qu'ici la discipline peut être de fer en fonction de vos attitudes. Toute mon équipe préfère vous apporter de l'aide et du réconfort plutôt que de vous punir mais n'hésitera pas à le faire si besoin est. Soyez sages et nous serons vos alliers, provoquez-nous et nous vous ferons regretter d'être nées. J'espère avoir été bien compris.

 

C'est sur ces mots très clairs que le directeur tourne les talons et quitte la cours d'accueil en laissant les filles en plein désarroi. Les gardes guident les filles abasourdies par ce discours vers le centre médical. Assises sur un banc, elles sont appelées une à une par une mégère taillée comme un docker en uniforme. Les cris de la première filtrent à travers la porte de l'infirmerie créant un mouvement de panique chez les rebelles. Portée par les bras, la première sort en larme, elle est portée manu militari vers un lieu inconnu dont la première et solide porte grillagée est verrouillée après son passage. Le nom de famille de Sabine commençant par un A, elle est appelée la deuxième. Tétanisée par la peur, elle peine à se lever et à franchir la porte de ce qu'elle imagine déjà être l'enfer. Elle entre dans l'infirmerie dont les fenêtres sont grillagées, deux gardes bras croisés appuyés contre le mur sont présents.

 

- Mademoiselle, déshabiller-vous, nous allons pratiquer la visite médicale d'incarcération dans notre centre disciplinaire. Elle est fort simple et pas douloureuse, sauf si vous faites comme l'idiote qui est passée avant vous ! Lui indique la mégère bâtie comme un docker.

 

Sabine obtempère et retire ses vêtements en ne gardant que son soutien-gorge et sa petite culotte.

 

- Je crois vous avoir demandée de vous dévêtir ! Indique la mégère en enfilant des gants chirurgicaux.

- Mais ils ne peuvent pas assister à ça ! Répond Sabine abattue et gênée.

- Ils en ont vues d'autres, ne vous inquiétez pas !

 

Les cris de la fille précédente freinent son envie de rébellion, de les envoyer paître. La m o r t dans l'âme, ses mains commencent à décrocher son soutien-gorge avec beaucoup de peine avant de dévoiler sa jolie poitrine en forme de poire devant les gardiens qui ne loupent rien. Pour la culotte, les mains de Sabine semblent ne pas pouvoir la faire glisser sur ses hanches, un rappel à l'ordre de la mégère lui demandant si elle a besoin d'aide lui fait peur, elle tourne le dos aux gardiens et parvient à la faire glisser sur ses magnifiques cuisses admirablement dessinées par la mère nature, tout comme son fessier si délicat à regarder.

 

Prestement penchée sur une table, la visite médicale commence aussitôt. L'infirmière met un peu de lubrifiant sur ses orifices intimes avant d'enfoncer deux doigts dans son vagin à la recherche de produit illicites. Pour Sabine, cette fouille intime est abominable à vivre, elle se contracte et souffre mais la mégère n'en a que faire. Son orifice anal est rapidement visité, elle n'a rien vu venir, l'infirmière est habituée à agir rapidement pour limiter les rébellions. Sabine n'a jamais eu aussi honte et pleure à chaudes larmes sous l'intrusion obscène. Après ça, le thermomètre planté dans ses fesses est presque une formalité dans sa déchéance. La prise de s a n g imposée et l'observation de sa cavité buccale sont si peu de choses par rapport à l'humiliation, qu'elle ne réagit plus. Les deux gardiens précédents entrent et rejoignent leurs collègues appuyés au mur. L'un d'eux sifflent en la voyant nue, son commentaire pourtant élogieux sur sa beauté broie ce qu'il restait de fierté à Sabine, du moins le pense t-elle. L'infirmière lui demande si elle souhaite aller aux toilettes en désignant un wc sans porte, faire pipi devant toute le monde est impensable pour Sabine qui préfère se retenir.

- Bien, alors couchez-vous sur la table je vais vous préparer pour la cellule de quarantaine.

Brisée, Sabine s'exécute et s'allonge sur la table quand soudain elle voit arriver l'infirmière avec une grosse couche pour personnes âgées et incontinentes.

- Mais c'est pourquoi faire ça ? Demande Sabine aussi surprise qu'horrifiée à l'idée de porter une couche.

- En cellule de quarantaine il n'y a pas de toilettes, nous devons tout récupérer si besoin est. Soulevez vos fesses et ne m'obligez pas à demander aux gardiens de m'aider.

 

Totalement laminée dans sa fierté et son honneur, elle obtempère en soulevant ses fesses pour que l'infirmière puisse glisser la couche sous ses reins, offrant son anatomie la plus intime au regard de la mégère. Toute l'horreur de la situation s'installe dans la tête de Sabine lorsque l'infirmière lui indique qu'elle doit la raser pour des raisons d'hygiène et pour la suite de son séjour. Sabine ne peut concevoir ce qu'il lui arrive, elle repousse l'infirmière arrivant avec ses ciseaux et un rasoir. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, les gardiens sont sur elle et lui bloque les bras.

 

- C'est bon gros pédés, arrêtez de mater je me laisse faire ! Lance Sabine furieuse avec des envies de meurtre.

 

L'infirmière leur fait signe de reculer, ils obéissent comme à regret pendant l'effeuillage du minou ne tardant pas à devenir glabre. Comme elle ne s'est pas rebellée, la mégère lui met un peu de talc pour diminuer l'échauffement avant de refermer la couche à laquelle elle rajoute de gros scotchs pour qu'elle reste bien en place. Elle lui donne ensuite la robe normalisée, une robe grise proche de la robe bure des moines en lui demandant de se vêtir.

Aussitôt fait, elle est accompagnée tenue par les bras à la cellule de quarantaine qui lui est réservée. Les gardiens lui demandent de s'étendre sur la couchette, à peine allongée ils lui entravent les poignets et les jambes lui interdisant ainsi toute possibilité de retirer la couche ou même de se jeter dans les murs pour se blesser comme l'ont fait certaines en proie à des crises d'hystérie. Lorsqu'ils sortent de sa cellule, le bruit très significatif d'une grosse serrure se fait entendre, pourquoi l'enfermer alors qu'elle est attachée ?

................................

- Tu as vue les nouvelles ? Demande Béatrice à sa copine de service pendant la pause syndicale en se servant un café.

- Oui, cela va encore nous donner tu travail.

- Il y en a une c'est un vraie canon ! Répond Béatrice.

- Oh oh, j'en connais une qui va encore profiter de la situation et me demander le la couvrir.... Répond son amie.

- Je ne pense pas être la seule.....

 

Réinsertion musclée et troublante 2

 

Reinsertion_musclee_et_troublante_2_.jpg

Etendue sur la couchette, Sabine pleure de toutes les larmes de son corps, au grand jamais elle n'avait connu ainsi la honte et l'humiliation. Elle a beau tirer sur ses entraves comme bien d'autres avant elle, rien n'y fait, elle est bel et bien bloquée et incapable de faire quoi que ce soit.

 

Sa cellule fait une quinzaine de mètres carré, il y a une table scellée dans le mur avec une chaise soudée comme seul mobilier puis un seau hygiénique. Les murs froids en pierre blanche portent les marques des filles qui ont été incarcérées ici, comme si gratter les murs avait été le seul loisir possible pour elles. Le sol est en béton, une grille de ventilation proche d'une lucarne grillagée à raz du plafond à près de trois mètres au-dessus de sa tête semble pulser de l'air tiède. Sabine finit par sombrer dans le sommeil de l'ennuie pour essayer d'oublier et de ne pas penser à cette nouvelle vie.

 

Rattrapée par son envie pressante non satisfaite lors de la visite médicale, elle s'éveille avec l'horrible impression que sa vessie va éclater. Elle appelle à l'aide mais personne ne vient, personne ne l'entend. Tant bien que mal, elle parvient à se contrôler un moment avant de se rendre à l'évidence. "Je vais être obligée de me pisser dessus, c'est ignoble, ils sont ignobles". Au plus on y pense, au plus il est difficile de se retenir, Sabine sent bien qu'elle n'y arrive plus et commence à se lâcher malgré sa volonté. Ses jambes et ses bras se mettent à trembler tant elle se contracte, ses dents et ses lèvres sont serrées, son visage est crispé tant elle se contient. La nature a ses limites, la volonté de Sabine n'y peut rien, elle finit par craquer puis dans un grand désarroi se lâche en pleurant. Sa couche est envahie par un flot d'urine chaude trop longtemps contenue.

 

UNE HEURE PLUS TARD

La porte s'ouvre après un bruit de verrou, la gardienne Béatrice entre dans la cellule avec un grand sourire en lui indiquant qu'il est l'heure d'aller manger.

 

- Je n'ai pas faim, laissez-moi tranquille ! Répond Sabine.

- Tu n'as pas le choix, tu ne seras pas obligée de manger mais il faut que tu viennes, je suis désolée. S'il te plait, ne m'oblige pas à faire intervenir les gardiens, ce sont des brutes. Lui indique Béatrice en libérant les chevilles entravées et une seule main, avant de l'inviter à se lever. Je dois renforcer les fixations de ta couche, ne m'en veut pas, c'est obligatoire.

 

Debout mais penchée, Sabine laisse la gardienne relever sa robe carcérale puis faire deux fois le tour de sa taille avec du gros scotch d'emballage marron. Une fois fait, elle la libère et prend doucement la main de la petite jeune totalement dépitée, pour la conduire dans le couloir où attendent silencieusement d'autres filles reliées entre elles par une chaîne et un bracelet de poignet, bracelet à la limite du moyen-âge. Derrière-elles deux gardiens assurent le renfort.

 

- Les filles, je vais vous conduire à la cantine des arrivantes. Soyez sympas avec moi et je ferai tout ce qui est en mon possible pour rendre votre vie pas trop difficile. Si vous parlez, si vous vous battez, vous serrez sévèrement punies par les gardiens. Si vous avez un geste déplacé ou agressif envers moi ou les gardiens, vous allez vivre un enfer que je ne souhaite à aucune d'entre-vous. Allez, on y va, avancez.

 

Conduites entravées comme des bagnards, elles avancent en rand silencieusement, la politique du centre est de les briser dès le départ pour mieux les aider à se reconstruire ensuite, c'est la raison de cette organisation digne du pire des bagnes. Arrivées dans une cantine spéciale faite d'une longue table avec des chaises fixées dans le sol, elles sont invitées à s'asseoir. Le directeur face à elles les attend avec les bras croisés. Les filles peinent à poser leurs fesses sur les chaises métalliques et pour cause, elles sont toutes équipées d'une grosse couche sous leur robe.

- Mesdemoiselles, le château des anges déchus vous souhaite un bon appétit même si je me doute que vous n'avez pas très faim. Vous allez constatez qu'ici, nous avons la chance d'avoir des repas comestibles, ce n'est pas souvent le cas dans les prisons. Vous bénéficiez d'un régime de faveur.

 

Les mots "régime de faveur" passent mal auprès des filles, l'une d'elle éclate de rage et se met à insulter le directeur en lançant l'assiette en aluminium vers lui. Il ne réagit pas et attend qu'elle se calme avec un grand sourire pervers posé sur les lèvres. Deux gardiens interviennent, la délivrent et l'emmène manu militari dans un coin de la salle. Rapidement maîtrisée à même le sol, ils parviennent à lui mettre un bâillon d'un autre monde que le BDSM, fait de multiples lanières en gros cuir il lui permet à peine de respirer et l'empêche de mordre.

 

- Mesdemoiselles, je disais donc que vous allez bénéficier d'un régime de faveur visant à combler vos lacunes scolaires, avec l'intervention de professeur externes à l'établissement. En clair, vous allez avoir des cours gratuits. A la fin de l'année, vous passerez une évaluation de compétences, je tiens à ce que vous ayez toutes le niveau et les compétences pour pouvoir intégrer ensuite des centres de formation et trouver un emploi. L'état accorde chaque année de gros budgets pour cela et tient à vous aider même si aujourd'hui vous n'appréciez pas d'être ici. Les cours ont lieu tous les matins, les après-midi sont réservés à vos devoirs et révisions. Attention, toute agression envers un membre de mon équipe ou des enseignants externes ou de moi même sont sévèrement punies et vous ferons regretter d'être née, vous allez voir par vous même ce qu'il en coûte ici de m'insulter ou d'agresser quelqu'un.

Transportée manu militari jusqu'à un banc bizarre, la jeune fille rebelle en larmes est entravée penchée en avant, ses chevilles et ses bras sont bloquées par des lanières. Le directeur découpe le gros scotch et le bord de sa couche qui chute aussitôt dévoilant au regard des détenues les fesses de la fille.

 

- Mesdemoiselles, sachez que je ne vais prendre aucun plaisir à la punir, j'espère vraiment n'avoir jamais à le faire avec vous. La fessée c'est comme les vaccins, cela fait mal mais c'est nécessaire. A vous de voir si vous serez sages ou si vous désirez la même chose. Leur indique le directeur en attrapant une canne anglaise.

 

La fille entravée a tout compris, elle hurle des "non" inaudibles et tirant sur ses liens en vain. Le directeur arme son bras, la canne siffle aussitôt et percute les fesses de la détenue qui se met à hurler malgré le son bâillon bloquant ses paroles. Un trait rouge marque aussitôt ses fesses blanches. Quatorze autres coups s'abattent sur son fessier, la fille semble en pleine crise de démence tant la douleur est intense. Sa tête monte et descend à chaque coup faisant voler ses longs cheveux bruns. Les détenues sont tétanisées, en d'autres temps, elles se seraient rebellées et auraient sauté sur le directeur pour le lapider, entravées les unes aux autres avec un tel exemple de punition, elles baissent toutes la tête comme si elles avaient mal pour la fille punie. Une fois libérée, elle est portée comme une loque humaine par les gardiens qui l'a conduisent à l'infirmerie. Comme l'on peut s'en douter, le repas se fait en silence et sans aucune autre agression verbale. Les filles sont invitées à se lever et à débarrasser le plateau qui leur était servi puis, à le déposer en quittant les lieux pour retourner à leur cellule.

 

Enfermées et entravées une après l'autre, elles retrouvent leur couchette. Béatrice et son amie Marion se partagent la visite du soir et la préparation pour la nuit.

- Bonsoir toi, je viens m'occuper de toi et te préparer pour la nuit. Indique Béatrice en entrant dans la cellule. As-tu envie de faire tes besoins sur le seau ? Je te le conseille mais rassure-toi je ne regarderai pas pour ne pas te gêner.

- Je veux bien faire pipi !

- Allez je te libère mais s'il te plait, ne te rebelle pas, le directeur est en pleine forme comme tu as pu le constater.

 

Aidée par Béatrice, Sabine retire sa couche pour aller s'asseoir sur le seau hygiénique pour un petit pipi qui sera analysé. Elle est très gênée de faire ça devant quelqu'un mais s'y résout, ce quelle a vécu depuis ce matin et vu ce soir la dissuade de se rebeller, elle qui en d'autres temps ..... Invitée à s'allonger sur sa couchette elle obtempère de suite comme brisée de toute envie de vivre. La gardienne entrave ses mains puis va chercher son chariot de toilette. Elle enfile des gants puis à l'aide de lingette entreprend de nettoyer l'intimité de Sabine qui resserre les jambes par réflexe.

 

- S'il te plait, ne m'oblige pas à appeler les gardiens, je n'ai pas envie de t'imposer ça.

 

Sabine fond en larme puis écarte les jambes. Nettoyée comme un bébé même entre les fesses et entre ses lèvres intimes, elle est morte de honte. Béatrice lui met du talc en lui expliquant que c'est contre les irritations puis, en l'étalant, lui indique qu'elle a un très bel "abricot" et qu'elle est très belle. Soulevez les fesses pour qu'on lui passe une couche sous les reins expose totalement son intimité, elle peine à le faire mais y parvient pour que les gardiens ne soient pas appelés en renfort. La couche posée est bien serrée, Béatrice ajoute du gros scotch pour renforcer les fixations puis dépose une couverture sur elle.

 

C'est avec une infinie douceur qu'elle la borde, puis s'agenouille pour lui caresser le visage comme si elle était un bébé en lui indiquant :" ne t'inquiète pas, cela va bien se passer". Cette caresse quasi maternelle, Sabine ne l'a jamais connue, cette gentillesse la perturbe tout comme le gros bisou sur la joue que Béatrice lui fait avant de quitter les lieux en lui souhaitant bonne nuit.

Cette forme de tendresse l'a émue et ébranlée tout autant que les humiliations vécues depuis son arrivée au château des anges déchus.

 

Couchées à dix-neuf heures, les filles peinent à dormir, elles étaient plutôt devenues des filles du monde de la nuit avec tout ce que cela représente comme perte de repère et de fréquentations. C'est sur ses questionnements sur le "petit câlin", que Sabine s'endort en se demandant ce qu'il vient de lui arriver. Leur sommeil est "motivé" par l'alimentation et l'eau consommée, contenant de quoi les aider à se détendre puis la coupure de la lumière.

...........................

- Alors tu t'es éclatée ? Demande Marion, l'amie de Béatrice ?

- Oh oui, elle est trop craquante, son petit abricot est une merveille.

- Essaye de ne pas trop t'investir affectivement ou de tomber amoureuse, après tu souffres et nous fait des cacas nerveux. Lui répond Marion en quittant les vestiaires du personnel.

 

La suite est ici

TSM

Par TSM - Publié dans : Histoire - Communauté : ABDL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Texte

Créer un Blog

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés